Montreal 01

 

Histoire profonde et géographie

Avant l’établissement humain, l’île de Montréal a été créée après le retrait des glaciers de la période glaciaire de la région. Il y avait une masse intérieure d’eau salée, appelée mer de Champlain, qui couvrait la région jusqu’à il y a environ 12 000 ans, date à laquelle elle a commencé à reculer. Les plus anciennes traces d’humains vivant sur l’île remontent à environ 4 000 à 5 000 ans, et pendant des milliers d’années, les peuples nomades ont parcouru la région.
Les Iroquois

Vers 1300 après JC, les preuves montrent que certains groupes ont opté pour une vie plus sédentaire autour de ce qui serait plus tard l’île de Montréal, ainsi que dans d’autres parties de la vallée du Saint-Laurent. Au moment de l’arrivée de Jacques Cartier en 1535, les Iroquoiens du Saint-Laurent habitaient l’île, dans le village de Hochelaga. À travers une série de bouleversements politiques et culturels, ainsi que la guerre, les Haudenosaunee, ou «gens de la maison longue», qui sont communément appelés Iroquois ou Six Nations, ont émergé comme les nations autochtones dominantes dans la région. Ils sont membres d’une confédération appelée maintenant la Confédération Haudenosaunee.

Montreal 02

Changer les structures sociales et politiques

Avant les contacts européens, les Haudenosaunee étaient des horticulteurs vivant toute l’année dans des villages de plusieurs centaines de personnes. Ils étaient matrilinéaires, ce qui signifie que l’unité de base était généralement composée des descendants d’une femme. Personne ne connaît la date de fondation exacte de la Confédération Haudenosaunee, bien qu’elle soit le plus souvent revendiquée vers le milieu du XVIe siècle.

Avec l’essor de la traite des fourrures sous influence française au cours de cette période, les Haudenosaunee ont lancé avec succès des campagnes militaires visant à subjuguer ou à dissoudre les groupes autochtones voisins. Par exemple, les Hurons-Wendat, alliés des Français, ont été dispersés de leur patrie en 1649, et nombre d’entre eux ont été adoptés dans les Haudenosaunee.

Alors que les Français négociaient des alliances commerciales et militaires avec de nombreux ennemis des Iroquois, les Haudenosaunee et la Nouvelle-France étaient souvent en guerre. Pendant les périodes de paix, certains Haudenosaunee se sont convertis au catholicisme et se sont installés le long du Saint-Laurent.

Guerres et traités

Les colons européens et les Haudenosaunee ont établi une alliance de «non-ingérence mutuelle» au début du XVIIe siècle, avec le traité de Wampum à deux rangs. Il y avait aussi la Silver Covenant Chain, un autre accord entre la Couronne britannique et les Haudenosaunee. Entre autres traités, à Montréal en 1701, les Haudenosaunee ont signé un traité avec les Français afin d’assurer la paix entre les nations autochtones. Les pertes de population causées par les facteurs combinés de la maladie et de la guerre étaient considérables, malgré le fait que les Haudenosaunee avaient absorbé un grand nombre de prisonniers de guerre et de réfugiés. Les Iroquois ont été profondément impliqués dans les guerres suivantes, y compris la Révolution américaine et la guerre de 1812, combattant en tant qu’alliés et subissant des pertes dans toute la région.

jacques_cartier_a_hochelaga

Situation contemporaine

Au cours des XIXe et XXe siècles, la mise en œuvre par le gouvernement canadien de politiques de restriction et d’assimilation a eu un impact négatif sur les fondements culturels et politiques des Haudenosaunee. Dans le même temps, cependant, l’opposition et l’activisme continuent d’être un facteur important dans le maintien d’une identité communautaire forte. Les communautés haudenosaunee comme Six Nations, Akwesasne (Mohawk) et Kahnawake (Mohawk) à l’extérieur de Montréal sont parmi les réserves les plus importantes et les plus peuplées du Canada. Les Iroquois se trouvent également en Ontario et à New York.

Les nations qui composent la Confédération Haudenosaunee sont les Mohawk, Seneca, Oneida, Onondaga, Cayuga et Tuscarora. Vous pouvez trouver l’héritage des Iroquois dans certaines des variations de noms de rues et de lieux autour de Montréal, y compris le quartier Hochelaga-Maisonneuve.