Verdi appelle à la mise en garde des transports publics à Berlin

2016_05_12_ueberstundenberg10

Dans les transports en commun de Berlin, une grève d’avertissement a de nouveau éclaté lundi dans le conflit salarial.

Le syndicat Verdi réclame plus d’argent et des horaires de travail réduits pour ses 14 500 employés.
BVG exploite les autobus, les métros et les tramways à Berlin. Les trains de banlieue ne sont pas touchés.

Au Berliner Verkehrsbetriebe (BVG), une autre grève d’avertissement aura lieu lundi. Le syndicat Verdi a appelé jeudi tous les employés à quitter le travail toute la journée.

Les négociations collectives en cours s’étaient resserrées plus tôt. Bien que les employeurs ont soumis une nouvelle offre. Mais cela ne suffit pas pour le syndicat Verdi, a déclaré le Kommunale Arbeitgeberverband (KAV). Un accord n’a pas réussi.

BVG exploite les autobus, les métros et les tramways à Berlin. Deux fois déjà, les employés de la société avaient entamé une grève d’avertissement cette année. Le S-Bahn n’est pas concerné par le conflit tarifaire.

Les syndicats Verdi et les fonctionnaires veulent plus d’argent et de meilleures heures de travail pour les quelque 14 500 employés de BVG et de sa filiale Berlin Transport. Il devrait donc y avoir une semaine de travail de 36,5 heures pour tous les employés, avec une rémunération complète. Aujourd’hui, près de la moitié des employés de la société nationale doivent travailler 39 heures. Ce sont tous des collègues qui ont été embauchés depuis 2005.

Les syndicats exigent également des primes de Noël pour les nouveaux arrivants, une perte des groupes de salaires les plus bas et des augmentations de salaire plus rapides – également pour les membres des syndicats dès 500 euros. Deux fois déjà les employés ont entamé une grève d’avertissement.

La KAV a augmenté son offre jeudi de 10 millions selon ses propres données, portant ainsi le volume à 90 millions d’euros. En moyenne, cela correspond à une augmentation de salaire de 450 euros par employé et par mois. Cependant, on ne parlait pas de réduction du temps de travail.