La faculté de médecine de Tokyo admet que les résultats changent pour exclure les femmes

L’Université a manipulé les résultats des tests pendant plus de dix ans pour que davantage d’hommes deviennent médecins.

Tetsuo Yukioka, directeur général de l'université médicale de Tokyo
Tetsuo Yukioka, directeur général de l’université médicale de Tokyo

Une école de médecine de Tokyo s’est excusée après qu’une enquête interne ait confirmé qu’elle avait modifié les résultats de l’examen d’entrée depuis plus de dix ans pour limiter le nombre d’étudiantes et faire en sorte que davantage d’hommes deviennent médecins.

L’Université médicale de Tokyo a manipulé tous les résultats des examens d’entrée à partir de 2006 ou même avant, selon les conclusions des avocats impliqués dans l’enquête, confirmant les récents rapports parus dans les médias japonais.

L’école a déclaré que la manipulation n’aurait pas dû avoir lieu et qu’elle ne le serait plus à l’avenir. Elle a déclaré qu’elle envisagerait d’admettre rétroactivement ceux qui auraient autrement réussi les examens, même si elle n’a pas expliqué comment cela se ferait.

La manipulation a été révélée lors d’une enquête sur la prétendue “entrée de porte” du fils d’un bureaucrate du ministère de l’Education en échange d’un traitement favorable pour que l’école obtienne des fonds de recherche. Le bureaucrate et l’ancien chef de l’école ont été accusés de corruption.

L’enquête a révélé que lors des examens d’admission de cette année, l’école avait réduit de 20% les résultats des tests de première étape pour tous les candidats, puis ajouté au moins 20 points aux candidats masculins, sauf ceux qui avaient échoué au moins quatre fois. Il a indiqué que des manipulations similaires avaient eu lieu pendant des années parce que l’école voulait moins de femmes médecins car elle prévoyait de raccourcir ou d’arrêter leur carrière après être devenue mère.

Le fils du fonctionnaire du ministère de l’Education, qui avait échoué à trois reprises à l’examen, a reçu un total de 20 points supplémentaires, ce qui l’a finalement fait passer juste au-dessus de la ligne de démarcation.

Selon le juriste Kenji Nakai, le rapport indique que la manipulation était un “sexisme profond”. Il a ajouté que l’enquête laissait entendre que l’ancien directeur de l’école avait pris l’argent de certains parents qui cherchaient un traitement préférentiel pour leurs fils et que la manipulation faisait partie d’une culture profondément ancrée et transparente.

Nakai a déclaré que le rapport ne couvrait que les derniers résultats d’examen en raison des contraintes de temps, et que des recherches supplémentaires étaient nécessaires.

“Nous nous excusons sincèrement pour les actes répréhensibles impliquant des examens d’entrée qui ont inquiété et troublé de nombreuses personnes et ont trahi la confiance du public”, a déclaré le directeur de l’école, Tetsuo Yukioka. Il a nié toute connaissance préalable de la manipulation du score et a déclaré qu’il n’était jamais impliqué.

“Je soupçonne qu’il y avait un manque de sensibilité aux règles de la société moderne, dans lesquelles les femmes ne devraient pas être traitées différemment en raison de leur sexe”, a-t-il déclaré.

Yukioka a déclaré que les femmes n’étaient pas traitées différemment une fois acceptées, mais a reconnu que certaines personnes pensaient que les femmes n’étaient pas autorisées à devenir chirurgiennes.

Près de 50% des femmes japonaises sont formées à l’université – l’un des niveaux les plus élevés du monde – mais elles sont souvent confrontées à la discrimination sur le marché du travail. Les femmes sont également considérées comme responsables des tâches ménagères, de l’éducation des enfants et des soins aux personnes âgées, tandis que les hommes doivent travailler de longues heures et que les services de soins extérieurs sont limités.

Des études montrent que la proportion de femmes médecins ayant réussi l’examen médical national a plafonné à environ 30% depuis plus de 20 ans, conduisant certains experts à soupçonner que d’autres écoles de médecine sont également discriminatoires à l’égard des femmes.

Le ministre de l’Education, Yoshimasa Hayashi, a déclaré aux journalistes qu’il envisageait d’examiner les procédures d’entrée de toutes les écoles de médecine.

Selon le Kyodo News, le ministre de l’égalité des sexes, Seiko Noda, a déclaré: “Il est extrêmement regrettable que les écoles de médecine partagent le point de vue que la présence de femmes médecins dans les hôpitaux est problématique”.

FB Le Conseil du PECO

Laisser un commentaire

%d bloggers like this: