Les îles Kiribati en danger en raison de l’augmentation du niveau des océans

La nation de Kiribati est l’un des pays les plus vulnérables au niveau des mers. Cet archipel perdu au milieu du Pacifique et menacé par la montée des eaux est devenu le symbole du changement climatique.

kiribati

Les Kiribati sont habitées depuis environ deux mille ans par un peuple austronesien de Micronesie, parlant une seule et même langue, le gilbertin, en contact épisodique avec des Samoans.

Vues d’Occident, les Kiribati ont souvent été dépeintes comme un paradis de sable blanc et de lagon turquoise qui, à y regarder de plus près, ressemble aussi à un enfer, perdu au bout du monde. les trente-trois îles de cet archipel sont éparpillées et isolées sur 3,5 millions de kilomètres carrés (km2) d’océan – soit environ la superficie de l’Inde.

Les Kiribati se composent de trois archipels : les îles Gilbert  (seize îles) à 1 500 kilomètres au nord des Fifji, les îles Phoenix (huit îles) à environ 1 800 kilomètres à l’est-sud-est des îles Gilbert et les îles de la Ligne (onze îles, dont trois habitées) à environ 3 300 kilomètres à l’est des îles Gilbert, ainsi que d’une île isolée à l’ouest Banaba.

kiribati2

La marée haute a laissé sa marque sur les maisons comme un anneau sale dans une baignoire. L’inondation s’est infiltrée dans le village de Teaoraereke sous le couvert de l’obscurité, envoyant de l’eau de mer dans les maisons des gens. Le village de Teaoraereke se trouve à Tarawa, dans les îles Gilbert, à Kiribati, avec une population de 3939 habitants.

Pendant des années, le président de Kiribati, Anote Tong, a tiré la sonnette d’alarme au sujet de la situation critique de son pays, avertissant que les habitants devraient bientôt abandonner leur patrie. Les inondations qui ont frappé Teaoraereke l’année dernière renforcent ces terribles prévisions. Bien qu’il soit impossible de savoir combien le changement climatique a contribué aux inondations, les habitants du village disent qu’ils n’ont jamais vu une telle inondation auparavant. Pour certains d’entre eux, il semblait que les mers gonflées commençaient à consommer Kiribati et que la fin de l’atoll pourrait venir plus tôt qu’on l’avait cru.

Les chercheurs qui étudient Kiribati disent que la situation n’est pas une simple histoire de la montée des mers qui avalent des îles basses. En fait, certains experts côtiers contestent l’idée que Kiribati va bientôt sombrer sous les vagues comme une Atlantide moderne. Ils ont rassemblé des preuves que beaucoup de ces îles ont gagné du terrain au cours des dernières décennies en capturant les sédiments des récifs coralliens environnants. “Il est tout à fait faux de supposer que tous les atolls sont en train de disparaître. C’est simplement plus compliqué que ce à quoi on peut s’attendre ” , explique Arthur Webb, un géomorphologue côtier affilié à l’Université de Wollongong en Australie, qui vit et travaille depuis deux décennies dans les îles du Pacifique.

Même si Kiribati ne se noie pas dans un avenir proche, ses résidents pourraient bientôt avoir besoin d’une stratégie de sortie. La pauvreté, le surpeuplement et le manque d’assainissement s’élancent devant la montée des mers pour épuiser les ressources des îles, en particulier leur approvisionnement en eau douce. Et les habitudes des habitants de modifier le littoral et de supprimer les protections côtières peuvent amplifier les impacts des océans gonflés, laissant les villages plus exposés aux inondations.

Laisser un commentaire

%d bloggers like this: