Seules quelques personnes qui enfreignent ou ignorent les règles pourraient rendre inutiles les efforts des autorités pour contenir l’épidémie de coronavirus, comme le montre le cas d’un policier à la retraite qui en a infecté cinq autres et fait fermer tout un hôpital à cause de lui.

Un ancien employé du ministère de l’Intérieur s’est rendu à l’hôpital Gerota de Bucarest, qui a été admis à l’hôpital Gerota de Bucarest le 5 mars, testé positif au COVID-19 plusieurs jours plus tard. Lorsqu’il a été admis à l’hôpital, l’homme de 60 ans ne présentait aucun symptôme d’infection à coronavirus. De plus, il a déclaré aux médecins qu’il n’avait voyagé dans aucun des pays touchés par des flambées de coronavirus. Cependant, il a été constaté par la suite qu’il s’était rendu en Israël à la fin du mois de février, ce qu’il n’a pas mentionné, selon le groupe de communication stratégique au sein du ministère de l’Intérieur.

En conséquence, cinq autres personnes qui ont été en contact avec l’homme ont été confirmées comme infectées par le coronavirus, mercredi mercredi 11 mars, y compris son fils, sa belle-fille enceinte et son petit-fils de 3 ans.

De plus, l’hôpital Gerota de Bucarest a été fermé (photo d’ouverture) et toutes les personnes de l’hôpital, du personnel médical aux patients, ont dû être testées pour le COVID-19.

L’homme, qui est également employé à l’Administration du domaine public (ADP) dans le district 4 de Bucarest, est également allé travailler entre son retour d’Israël et son admission à l’hôpital et aurait même remis des bibelots à ses collègues le 1er mars, en contact avec au moins 120 personnes, qui ont été placées en isolement à la maison, selon G4Media.ro.

Une femme condamnée à une amende pour avoir rompu le protocole d’insolation est confirmée par une infection au COVID-19

Dans un cas similaire, une femme de 26 ans du comté de Hunedoara, qui a été confirmée infectée par COVID-19 le mardi 10 mars, avait été condamnée à une amende plusieurs jours plus tôt pour ne pas avoir respecté les règles d’isolement domestique.

La femme a été informée qu’elle devait rester à la maison après son retour d’Italie. Cependant, le 6 mars, elle est allée à l’hôpital de Petrosani avec des douleurs au bas du dos. «Le 6 mars, DSP Hunedoara a été informée par la direction de l’hôpital et par les représentants de l’inspection des gendarmes du comté qui surveille les personnes isolées à domicile, que la femme a été hospitalisée pour des douleurs au bas du dos. La patiente a été isolée à l’hôpital et traitée pour la maladie dont elle souffrait, avec une surveillance continue de sa santé », a rapporté Digi24.ro.

Elle a été condamnée à une amende de 10 000 RON (2 000 EUR) pour avoir enfreint le protocole d’isolement. Pendant ce temps, l’hôpital de Petrosani a été placé en quarantaine.

Certains Roumains tentent toujours d’éviter le protocole de sécurité contre les coronavirus lorsqu’ils entrent dans le pays

Un groupe de 21 Roumains venus d’Italie en voiture a tenté de contourner les mesures de sécurité contre les coronavirus appliquées par les autorités pour tous ceux qui viennent de zones à haut risque. Ils sont d’abord allés en Grèce et ont ensuite tenté d’entrer en Roumanie depuis la Bulgarie, en passant par la frontière sud, dans l’espoir de contourner le protocole de sécurité. Cependant, la police des frontières a découvert leur stratagème et les a placés en quarantaine, selon Mediafax.

Tous les citoyens qui arrivent en Roumanie depuis l’Italie ainsi que le nord de la France et Madrid sont placés en quarantaine lorsqu’ils entrent dans le pays. Au cours des deux dernières semaines, environ 40 000 personnes sont entrées en Roumanie en provenance d’Italie, selon les autorités.