Lithium, batteries : la flambée en Bourse de Tesla profite à une galaxie d'entreprises
Lithium, batteries : la flambée en Bourse de Tesla profite à une galaxie d’entreprises

Après un début d’année en fanfare pour le fabricant de voitures électriques, dont la capitalisation a dépassé le seuil des 700 milliards de dollars, toute une galaxie d’actions a profité de cette embellie. En vedette : les minières spécialisées dans le lithium et les fabricants de batteries.

La folle épopée de Tesla sur les marchés financiers ne profite pas seulement à Elon Musk et ses investisseurs, mais aussi aux traders qui ont eu le bon goût de miser soit sur les exploitants de lithium, le métal indispensable dans la composition de batteries, soit sur les fabricants de batteries.

L’ETF Global X Lithium & Battery Tech , un fonds spécialisé dans les véhicules électriques , est en hausse de 15 % depuis le début de l’année, et s’est envolé de plus de 65 % au cours des trois derniers mois. Comme pour enfoncer le clou, Keith Philipps, PDG de Piedmont Lithium , expliquait récemment : « Il n’y a pas de véhicules électriques sans batterie, et il n’y a pas de batterie sans lithium ». L’action du minier australien a flambé de près de 35 % depuis le 1er janvier. Car même si les batteries de voitures électriques sont aussi constituées d’autres métaux interchangeables comme le nickel, le cobalt ou le manganèse, « il y a aura toujours besoin de la même quantité de lithium », avançait Keith Philipps dans la presse américaine.
« Des opportunités gigantesques »

Voilà un volet de l’économie qui n’aura pas subi de plein fouet la pandémie de coronavirus : l’année dernière, les ventes de voitures électriques se sont envolées. Sur les onze premiers mois de 2020, il s’est vendu 1,05 million de voitures 100 % électriques et hybrides rechargeables rien qu’en Europe de l’Ouest. Cela représente 10 % des ventes de voitures neuves, une performance qui dépasse largement les prévisions.

Une frénésie qui profite à la fois aux producteurs de minerais comme le lithium , mais aussi aux fabricants de batteries à destination des voitures et camions conçus par Tesla et ses compétiteurs. « Les ​opportunités d’investissement sont ​encore gigantesques dans les entreprises de la chaîne de production des ​véhicules ​électriques. ​Les investisseurs doivent garder cela en tête, et ne pas penser qu’à Tesla . La ​pénétration des ​véhicules ​électriques peut atteindre les 50 % du marché automobile d’ici 2030 », estime Pedro Palandrani, analyste des technologies ​disruptives chez Global X, interrogé par CNN Business.

Les camions et la Chine, de nouveaux réservoirs de croissance

La migration de l’industrie automobile vers l’électrique ne concerne pas que les berlines et les SUV, mais aussi les véhicules utilitaires. Certains transporteurs ont déjà commencé à intégrer cette motorisation à leurs flottes.

Selon Pedro Palandrani, c’est en grande partie grâce à Tesla que ce segment est devenu « mainstream », tant pour les particuliers, que pour les professionnels et les investisseurs. Mais il estime que ces derniers ne doivent pas ignorer les autres entreprises du secteur qui bénéficient de cette tendance, surtout en Chine. D’ailleurs, le fonds Global X dédié au lithium intègre aussi le constructeur de voitures électriques BYD , le fabricant de batteries CATL et le minier Ganfend . « Nous parlons d’une réelle disruption des transports », a-t-il expliqué. « Il faudrait être à côté de la plaque pour penser que Tesla est la seule entreprise d’envergure de ce secteur. »

Compilé par le personnel du Conseil du PECO