Des élections municipales se tiennent à Vienne, en Autriche ce dimanche 11 octobre. A la fois ville et Land, ces élections sont d’une importance capitale. Pourtant, près d’un tiers des Viennois ne pourront voter ce dimanche car ils ne sont pas de nationalité autrichienne. Un grave problème aux yeux des ONG qui ont relancé le débat, ces derniers jours, sur le droit de vote des étrangers.

Près de 500 000 Viennois ne pourront voter lors des municipales ce dimanche. La raison ? Ils ne sont pas Autrichiens. Un chiffre important car l’accès à la nationalité autrichienne est difficile et le pays ne reconnaît pas, sauf à de rares exceptions, la double nationalité. C’est donc un tiers des Viennois en tout qui sera exclu du vote, à l’image d’Eugene Quinn, un Britannique installé à Vienne depuis 12 ans : « Cela crée une distinction claire et nous rappelle que nous ne sommes pas sur un pied d’égalité. L’intégration est quelque chose qu’il faut viser car c’est productif d’avoir des citoyens engagés qui s’intéressent à l’endroit où ils vivent, qui lisent les journaux et connaissent le nom des hommes politiques. Mais en réalité, le système nous exclut. »

Cette exclusion pose un problème démocratique selon Magdalena Stern, de l’ONG SOS Mitmensch, en particulier pour les jeunes : « Les jeunes entre 16 et 24 ans sont très fortement touchés : ils sont 72 000 à ne pas pouvoir voter à cette élection. Ce sont des jeunes qui vont à l’école ici, qui apprennent ce qu’est la démocratie mais ne peuvent pas le mettre en pratique. Le nombre de personnes qui sont nées ici, ont grandi ici mais sont exclues des élections est toujours plus important et c’est, selon nous, un problème majeur. »

Son ONG a donc décidé d’organiser une campagne où les non-Autrichiens peuvent voter symboliquement : plus de 1 500 personnes y ont participé.