Le prix de l’immobilier en Roumanie évalué à la baisse sur 2019

Les prix de l’immobilier en Roumanie chuteront d’au moins 25% au cours des deux prochaines années, selon les projections de Iancu Guda, président de l’Association des analystes financiers et bancaires en Roumanie.

Les prix ont augmenté, poussés par la cupidité des développeurs, a-t-il déclaré, selon le journal local Stirileprotv.ro.

Guda en a déduit que la location d’un appartement est maintenant moins chère que l’achat d’une maison à un “prix très surévalué”.

Selon les chiffres officiels de l’Union européenne, les prix de l’immobilier en Roumanie ont augmenté de 40% en 2014-2018, soit trois fois plus que la moyenne de l’UE. Ainsi, la Roumanie a connu l’augmentation la plus accélérée de l’immobilier au cours des quatre dernières années.

«Je pense que cette augmentation n’est pas justifiée par la hausse des coûts des matières premières et des salaires, principal argument utilisé par les développeurs pour expliquer la hausse des prix. La réalité est que les prix ont augmenté de 40%. L’immobilier devait être jusqu’à 20%. L’augmentation de 40% est survenue dans un contexte opportuniste, où les développeurs ont profité de la cupidité à un moment où la demande était supérieure à l’offre. Je m’attends à ce qu’en 2019 ou 2020 au plus tard, le prix baisse d’au moins 25% pour revenir à la juste valeur », a expliqué Iancu Guda dans un entretien avec Stirileprotv.ro.

Enquête PwC: les investisseurs immobiliers détournent les risques malgré les prix modérés en Roumanie

Les investisseurs immobiliers sont peu enclins à prendre des risques en ce qui concerne le lancement de nouveaux grands projets en Roumanie et évaluent le contexte européen plus large dans lequel ils prennent des décisions d’investissement. L’analyse fondamentale montre toutefois qu’il est encore possible que les prix des actifs augmentent, du moins dans les pays de premier rang. Francesca Postolache, partenaire des services d’audit et chef de l’équipe des services immobiliers de PwC Romania, a mené une enquête sur le marché immobilier national conjointement avec l’Urban Land Institute.

Bien que les prix des actifs se soient progressivement redressés au cours des dernières années, ils restent inférieurs de 30 à 40% aux niveaux enregistrés en 2008, a-t-elle expliqué.

Le sentiment sur le marché immobilier s’est volatilisé après la chute de 30% des ventes d’appartements en août 2018 par rapport au même mois de l’année dernière, après le dynamisme du marché résidentiel en 2017. Une des causes de ce phénomène pourrait être le resserrement de la réglementation en matière de prêt par la banque centrale

Selon Postolache, la prudence des investisseurs se reflète également dans les prévisions de disponibilité des fonds propres et des dettes. Seulement 28% des plus de 800 professionnels de l’immobilier interrogés pour le rapport PwC estiment que les montants disponibles pour le refinancement et les nouveaux investissements augmenteront en 2019, contre 50% qui l’ont déclaré l’année dernière.

Cependant, le niveau de confiance de l’année dernière était exceptionnellement élevé et cette année, mis à part le sous-secteur de l’espace de vente au détail, qui connaît une situation plus difficile, la liquidité du marché suscite encore peu d’inquiétudes, comme le démontrent la majorité des répondants (54 %) qui pensent que la disponibilité de capital sera à peu près au même niveau qu’en 2018.

Un marché déjà en baisse depuis 2017

La valeur des transactions immobilières commerciales en Roumanie a diminué de 13% au cours des neuf premiers mois de l’année 2008 par rapport à la même période de 2017, à 520 millions d’euros.

Cependant, les experts immobiliers s’attendent à un volume de 800 à 900 millions d’euros pour l’ensemble de l’année 2018, plusieurs transactions importantes devant être clôturées au cours du dernier trimestre.

Les transactions immobilières à Bucarest représentaient 76% du volume national total, mais la liquidité dans les villes secondaires a commencé à s’améliorer.

La Roumanie ne représente que 8% de la valeur totale des transactions immobilières dans la région, soit deux fois moins que la Hongrie et trois fois moins que la République tchèque, ce qui s’explique par la perception des investisseurs à l’égard du pays, selon Andrei Vacaru , responsable des marchés de capitaux du cabinet de conseil en immobilier JLL Romania.

Le segment des bureaux représentait 56% du volume total des transactions au cours des neuf premiers mois, suivi du commerce de détail avec une part de 30%.

À la fin du mois de septembre, les rendements s’élevaient à 8% par an pour l’immobilier industriel, 7,25% pour les bureaux et 7% pour le commerce de détail.

Le marché roumain a été soumis aux spéculateurs sur la période 2017-2018, les prix vont donc s’ajuster à la baisse, et surtout à leur vrai niveau de valeur. Les acheteurs trop pressés seront donc lésés sur la dépréciation de leur bien.

Originally posted 2019-01-27 20:44:34.

Laisser un commentaire

%d bloggers like this: