Le pourcentage d’appartements tchèques achetés à titre d’investissements a augmenté ces dernières années. Cependant, parallèlement à cela, le nombre d’étrangers acquérant des appartements, notamment à Prague, a augmenté, a rapporté Hospodářské noviny.

Rybna-9-building-view-resize_gorgeous-prague-view-and-view-of-apartment-building

Un grand nombre de ces acheteurs sont des Européens de l’Ouest qui envisagent de vivre en République tchèque à un moment ou à un autre. Cela contraste avec ceux, notamment britanniques et irlandais, qui ont acheté des appartements comme investissements avant la crise financière mondiale de la fin des années 2000, a déclaré le quotidien économique.

Le directeur des projets résidentiels de la société immobilière PSN de Prague, Marek Padevět, a déclaré à HN que la demande étrangère augmentait constamment, la République tchèque étant considérée à l’échelle internationale comme un pays sûr où des emplois étaient disponibles. M. Padevět a déclaré que les Allemands et les Français faisaient partie de la nouvelle vague d’acheteurs.

Milan Roček, un courtier en hypothèques Hyposervis, a déclaré au journal que les jeunes investisseurs britanniques et irlandais qui avaient acheté des propriétés à Prague dans le but de les tuer avaient fini par les vendre en masse, alors que les économies de leur pays étaient durement touchées. crise financière.

Au milieu des années 2000, les représentants des investisseurs britanniques achèteraient jusqu’à 30% des appartements dans de nouveaux projets, a déclaré M. Roček. Aujourd’hui, en revanche, les citoyens des États d’Europe occidentale ont tendance à acheter des appartements dans le but de prendre leur retraite à Prague.

Ceux-ci comprennent des Italiens et des Autrichiens, dont les pensions iront plus loin en République tchèque que dans leur propre pays, a déclaré M. Roček à HN.

Au cours des deux dernières années, 30 à 40% des appartements achetés à Prague ont été investis uniquement dans des investissements, a déclaré le représentant de Hyposervis. Un grand nombre de ces acheteurs sont des Tchèques.

Finep, l’un des plus grands promoteurs résidentiels de la capitale tchèque, estime également qu’entre 35 et 40% de ses propriétés nouvellement construites sont achetées à titre d’investissement. La société a déclaré à HN qu’environ 15% des appartements plus anciens représentaient des investissements.

Dix à douze pour cent des nouveaux appartements de Finep sont achetés par des étrangers, le plus souvent des Slovaques, suivis par des ressortissants d’États voisins, principalement d’Allemagne, a déclaré le porte-parole David Jirušek au quotidien économique.

Finep a également manifesté son intérêt pour de nouvelles propriétés en provenance du Royaume-Uni, à l’arrière du Brexit, ainsi que des États-Unis et d’Israël.

Le nombre d’acheteurs de l’ex-Union soviétique est en baisse depuis plusieurs années en raison des sanctions imposées à la Russie et du recul du rouble.