La vie secrète d’une Geisha

Les geisha japonaises existent toujours, avec une poignée de jeunes femmes qui s’entraînent sans relâche pour maintenir la tradition en vie. Culture Trip suit la jeune femme diplômée du lycée de Tokyo, Sachika, dans son métier d’apprentie geisha dans le Japon moderne – du centre commercial à la salle de banquet.

geisha

La tradition de la geisha a débuté au Japon au 18ème siècle. Les interprètes originaux étaient des hommes qui, comme les bouffons de cour, divertiraient des clients riches et puissants par le biais de performances musicales, de danses et de contes.

Enraciné dans les kanji pour «art» (gei) et «faiseur» (sha), le terme «geisha» signifie essentiellement «artiste de la performance». À mesure que les temps changeaient, la profession changeait aussi, les femmes devenant ce que nous voyons aujourd’hui. Bien qu’aucun chiffre précis n’ait été enregistré, on estime qu’entre 40 000 et 80 000 geisha travaillaient au début de l’ère Shōwa (1926-1989). De nos jours, les estimations suggèrent qu’il n’y en a que 600 dans tout le pays.

Qu’est-ce qui inspire une femme à devenir une geisha? Pour Sachika, cela avait à voir avec la famille. «Je faisais du ballet classique depuis longtemps, mais je voulais essayer la danse japonaise que ma grand-mère avait pratiquée», dit-elle.

La journée de Sachika s’articule autour de son calendrier d’événements, qui regorge de tout, des tâches ménagères aux spectacles de banquets. «Lorsque nous avons des clients, nous nous préparons pour le banquet ozashiki trois heures à l’avance, revenons sur la danse et nous nous tenons devant les clients. Pendant les heures creuses, nous pratiquons, rangerons bien le kimono ou nous occupons de l’entretien ménager général », explique Sachika.

Lorsque Sachika doit se maquiller pour se rendre au travail, elle se rend directement à Shinjuku, dans le centre de Tokyo, comme presque toutes les autres adolescentes de Tokyo partageant le même objectif. Elle se rend régulièrement au centre commercial Shinjuku Mylord, ainsi qu’au magasin Loft et à d’autres petites boutiques.

Une geisha se produit généralement dans une maison construite sur mesure et équipée d’espaces de spectacles et de salles servant à la nourriture et au thé. L’une des maisons où travaille Sachika est située dans la ville balnéaire de Kamakura (souvent appelée «petit Kyoto»), située à une heure au sud du centre de Tokyo, dans la préfecture de Kanagawa.

Kamakura est une destination de vacances très prisée. Il ne reste plus qu’une poignée de maisons de banquets. La mère geisha de Sachika est Sayuki, ou Fiona Graham, la première geisha occidentale. Après avoir étudié les sciences humaines et enseigné à l’Université Keio de Tokyo, Graham a ensuite étudié la culture d’entreprise japonaise à l’Université d’Oxford. Elle a fait ses débuts en tant que geisha en 2007, entreprenant à l’origine cette tâche en tant que projet universitaire. Aujourd’hui, Sayuki entraîne Sachika et d’autres jeunes hangyoku.

«Hangyoku» se traduit par «moitié bijou», en référence au fait que les geisha-in-training recevaient autrefois la moitié du salaire de leurs collègues pleinement qualifiés. «Les apprentis geisha de Kyoto, qui portent la ceinture drapée, sont appelés maiko», explique Sachika. «Mais à Tokyo, la ceinture est plus courte et les apprentis s’appellent hangyoku.» Sachika souligne que «à Kyoto, [geisha] commence vers 15 ans. À Tokyo [ils] commencent après le lycée en tant que hangyoku, donc vers 18 ans. ”

Le mot maiko se traduit par «enfant dansant». Contrairement à leurs cousins ​​hangyoku, les stagiaires en geisha de Kyoto doivent acquérir des compétences spécifiques à une région, notamment la formation vocale au dialecte, ainsi que la complexité des rituels et des traditions locaux.

Alors, quelle est la meilleure chose à propos d’être une geisha? «Ce que j’aime, c’est le temps que je consacre à converser avec les clients ou à les voir apprécier ma danse», déclare Sachika. “Ces temps sont les meilleurs.”

Jouer en tant que geisha, c’est un peu comme être un danseur de ballet. L’équilibre, l’équilibre et les mouvements fluides sont essentiels, et Sachika se sent chanceuse d’avoir appris ces techniques au cours de ses cours de danse. «Toute danse implique de déplacer le corps, de l’entraîner à avoir un équilibre. Je m’entraîne pour développer la force et l’endurance », dit-elle.

Avant le spectacle, les filles se maquillent ensemble en s’entraidant sous l’œil vigilant de la mère geisha de la maison. Vous pouvez connaître l’âge d’une geisha d’après le maquillage qu’elle porte. Maiko et hangyoku laissent un morceau de peau non peinte sur la nuque, signe qu’ils sont encore jeunes et qu’ils n’ont pas encore gagné leur perruque de geisha. Les geisha stagiaires ont juste une lèvre peinte et un maquillage rose autour des yeux, tandis que les geisha qualifiées ont des lèvres entièrement peintes et un maquillage des yeux au beurre noir.

Sachika pense que l’avenir de la geisha – une tradition exclusive du Japon – pourrait être entre les mains de visiteurs étrangers. “Il y a beaucoup de Japonais qui ne connaissent pas la geisha à Tokyo, donc si les étrangers venaient et passaient le mot, la reconnaissance de la geisha ne se développerait pas seulement au Japon, mais à l’étranger, et le monde entier en apprendrait davantage sur eux” dit-elle.

Laisser un commentaire

%d bloggers like this: