Daimler-BMW-VW-electric-001

Les accords sur les prix ou les quantités de production sont interdits en Allemagne. 23 entreprises et associations ne s’y sont pas conformées en 2019 et ont donc dû payer une amende.

L’Office fédéral des cartels a infligé des amendes nettement plus importantes cette année en raison d’accords de cartels interdits: l’agence a indiqué que le total était de 848 millions d’euros. En 2018, il était de 376 millions d’euros, et nettement moins les années précédentes.

Cependant, aucune tendance claire ne peut en être dérivée, car dans le passé la valeur était déjà plus élevée: en 2014, l’autorité a payé aux entreprises un milliard d’euros pour payer.

Les accords de cartel sont généralement interdits. Ils inhibent la concurrence et augmentent les prix. “Nous investissons beaucoup de ressources dans les poursuites pour entente”, a déclaré le chef de l’agence Andreas Mundt. “Les cartels nuisent à l’économie et aux consommateurs par des prix gonflés artificiellement, une qualité inférieure et un retard de l’innovation.”

16 sociétés déposées comme témoins à charge

Le Bundeskartellamt est intervenu cette année, par exemple, en raison d’accords dans le commerce de gros de bicyclettes, dans l’achat d’acier automobile et dans la production d’acier. Il y a eu cinq recherches dans un total de 32 entreprises. Les amendes ont été infligées à 23 sociétés et associations ainsi qu’à 12 personnes physiques.

Cependant, certaines entreprises se sont enregistrées et ont témoigné de la clémence. 16 entreprises n’ont donc dû payer rien ou seulement relativement peu. La clémence est une source d’information essentielle pour que l’agence prenne des mesures contre les cartels.

Un autre domaine de responsabilité des gardiens de la concurrence est le contrôle des fusions. La fusion de quatre des 1 400 projets enregistrés a été interdite. Par exemple, le géant des déchets Remondis n’a pas été autorisé à acheter la société basée à Cologne DSD, qui organise la collecte et le recyclage des emballages sous la marque Grüner Punkt. Du point de vue de l’autorité, le pouvoir de marché de Remondis aurait été trop important après la prise de contrôle du point vert.