De nombreuses entreprises tchèques investissent dans l’énergie solaire

La combinaison d’un ralentissement des subventions publiques à la maison et d’une demande accrue d’énergie solaire en Hongrie pousse de nombreuses entreprises tchèques à créer des investissements dans le pays. Les projets du gouvernement tchèque visant à réduire, voire à éliminer complètement, la dépendance au carbone ont amené certains à faire valoir les avantages d’un soutien accru au photovoltaïque dans le pays.

firestation-219-6-13-12-0491

Alors que moins de 10 mégawatts de nouvelles centrales solaires ont été construits en République tchèque au cours des cinq dernières années, en 2018, les centrales photovoltaïques de Hongrie ont augmenté de 320 mégawatts.

Au total, l’État dispose actuellement de sources photovoltaïques combinées d’une valeur de 700 mégawatts et ce montant devrait augmenter considérablement dans un proche avenir, rapporte le site d’information iHNed.

L’association photovoltaïque hongroise estime que des licences permettant la construction de sources d’énergie photovoltaïque d’une valeur maximale de 2 000 mégawatts ont déjà été émises.

Selon l’un des investisseurs avec lesquels iHNed s’est entretenu, le prix d’achat actuel d’un kilowatt d’énergie solaire produite en Hongrie est d’environ 2,50 CZK, tandis que le coût de la construction d’une source d’une valeur d’un kilowatt est de 15 CZK.

Ce coût de construction relativement bas comparé aux bénéfices en fait un investissement attractif pour certaines entreprises tchèques actives dans le solaire.

Un exemple, rapporte iHNed, est NOVA Green Energy, qui a investi 5 millions d’EUR dans un parc solaire de 15 mégawatts récemment achevé dans la ville de Barcs, dans le sud de la Hongrie. NOVA est la filiale du groupe d’investissement Redside, qui négocie actuellement l’achat d’une licence pour la construction d’une nouvelle usine de 30 mégawatts en Hongrie.

Il y a aussi Photon Energy, le plus grand investisseur tchèque, qui envisage d’augmenter sa part de production d’énergie en Hongrie à 75 mégawatts d’ici 2022.

Cependant, certains de leurs concurrents considèrent la Hongrie avec prudence. Le directeur de la société d’investissement Verdi Capital a déclaré à iHNed qu’elle se méfiait du risque politique et craignait des interventions éventuelles du gouvernement hongrois en matière de tarification. Verdi Capital s’intéresse plutôt aux marchés de l’énergie solaire en Espagne ou en Italie et a déjà investi dans l’énergie éolienne en Finlande.

Malgré la croissance continue de la Hongrie, le pays reste en retard sur la République tchèque en ce qui concerne le nombre de sources d’énergie photovoltaïque. L’essor de l’énergie solaire en République tchèque s’est amorcé il ya plus de 10 ans, mais on a reproché à son système de soutien à la construction photovoltaïque de conduire à de nombreux cas de fraude en matière de subventions.

Selon le site d’information iDNES, cette mauvaise expérience a rendu les autorités tchèques réticentes à lancer des appels permettant aux entreprises d’obtenir des subventions pour la construction de centrales photovoltaïques, malgré le fait que des fonds de l’UE soient disponibles.

Cependant, la nouvelle poussée pour s’éloigner des combustibles fossiles pourrait ramener le soutien à l’énergie solaire. Mardi, le gouvernement a approuvé la création d’une commission chargée de réduire la production de charbon. Son objectif est de réduire la part du charbon en tant que source d’énergie à 10 ou 15% d’ici 2040.

Le ministre tchèque de l’Industrie et du Commerce, Karel Havlíček, a déclaré cette semaine à la télévision tchèque que le succès de ce plan dépendait beaucoup de l’activation d’autres sources d’énergie.

L’Association tchèque de l’énergie solaire, le plus grand groupe professionnel d’entreprises photovoltaïques au pays, tente déjà de persuader le ministère de rendre les subventions européennes plus facilement accessibles.

Le directeur du programme de l’Union de l’énergie moderne, Martin Sedlák, s’est également prononcé en faveur de l’énergie solaire.

Plus tôt cette semaine, il a déclaré à Aktuálně.cz que le plan de décarbonisation du gouvernement devait inclure les ménages tchèques, dont 300 000 utilisent encore le charbon comme source de chauffage. Ceci, a-t-il dit, pourrait être réalisé par un engagement du gouvernement à installer des panneaux solaires sur au moins 290 000 maisons d’ici 2030.

Laisser un commentaire

%d bloggers like this: