Accord en vigueur L’UE et le Japon forment la plus grande zone de libre échange

À compter d’aujourd’hui, le commerce de nombreux produits entre l’UE et le Japon deviendra moins cher. En effet, avec l’entrée en vigueur de l’accord de libre-échange, les droits de douane sont supprimés pour presque tous les produits.

Japon

L’Union européenne et le Japon sont aujourd’hui la plus grande zone de libre-échange du monde. L’objectif est de réduire presque complètement les droits de douane et autres obstacles au commerce afin de stimuler la croissance. Cet accord permettrait aux entreprises européennes d’économiser 1 milliard d’euros de taxes chaque année, a déclaré le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker. Les consommateurs offrent également un plus grand choix et des prix plus bas.

Plus précisément, l’accord de libre-échange, par exemple, prévoit que les producteurs européens de produits alimentaires peuvent importer au Japon du porc transformé, mais également certains fromages et vins. La partie japonaise, en revanche, est particulièrement intéressée par les réductions tarifaires sur les biens industriels, notamment les voitures. Les voitures de tourisme japonaises sont actuellement taxées à 10%, les véhicules commerciaux de 10 à 22%.

Un tiers de la production économique mondiale
Le Japon est la troisième économie mondiale après les États-Unis et la Chine, ce qui en fait un marché très intéressant pour les entreprises européennes. Ensemble, l’UE et le Japon représentent près du tiers de la production économique mondiale.

Éloge du BDI – Critiques des écologistes
L’association de l’industrie, BDI, avait précédemment qualifié l’accord de jalon. “Le Japon et l’Europe luttent ainsi contre les perspectives économiques mondiales incertaines en offrant une ouverture de marché exemplaire, des normes élevées et des règles commerciales fiables”, a déclaré le gouvernement. Ensuite, les accords avec Singapour et le Vietnam devront être décidés.

Les écologistes et les défenseurs des consommateurs, quant à eux, estiment que les accords sont principalement axés sur les intérêts des grandes entreprises et compliquent la tâche de fixer des normes strictes. Cependant, la Commission européenne responsable de la politique commerciale de l’UE rejette ces allégations. L’accord avec le Japon est un engagement en faveur de valeurs partagées et du respect des normes les plus strictes en matière de travail, de sécurité, d’environnement et de protection des consommateurs.

Effet de signal politique
En outre, Bruxelles se réfère également au signal politique de l’accord. L’une des raisons de cette conclusion rapide est la politique économique du président américain Donald Trump. Ceci est accusé par l’UE et le Japon d’une politique protectionniste, qui doit être contrée par la création d’une vaste zone de libre-échange. “L’Europe et le Japon envoient un message au monde sur l’avenir du commerce ouvert et équitable”, a commenté Juncker récemment.

Laisser un commentaire

%d bloggers like this: