Au Japon, il y a eu plus de morts par suicide en octobre que du covid pendant toute l’année
Au Japon, il y a eu plus de morts par suicide en octobre que du covid pendant toute l’année

Un phénomène de société malheureusement très répandu au Japon et depuis des années. Selon les statistiques officielles du gouvernement japonais, il y a eu plus de décès par suicide pendant le mois d’octobre, que de morts du coronavirus depuis le début de l’année 2020. Des chiffres qui mettent en lumière les conséquences de la pandémie sur la santé mentale.

2.153 personnes se sont suicidées au Japon pendant le mois d’octobre, contre 2.087 morts du coronavirus depuis janvier au vendredi 27 novembre. Et le suicide touche principalement les femmes. Si elles représentent une plus petite proportion du nombre total de suicides en octobre, le nombre de femmes qui se sont ôté la vie a augmenté de 83% en octobre, contre 22% d’augmentation chez les hommes, rapporte CNN.

Cette forte augmentation du nombre de suicides chez les femmes peut s’expliquer par le fait qu’elles sont plus nombreuses à travailler à temps partiel, et notamment dans les secteurs de l’hôtellerie et de la restauration, particulièrement touchés par la crise sanitaire. C’est aussi principalement sur elles que reposent les responsabilités liées à la famille et à l’éducation des enfants.


Des chiffres préoccupants qui laissent présager une augmentation des suicides à l’échelle mondiale, selon Michiko Ueda, professeure à l’Université Waseda à Tokyo : «Nous n’avons même pas eu de véritable confinement, et les conséquences du Covid sont vraiment minimes comparées à celles d’autres pays, explique-t-elle à CNN. Cela suggère que d’autres pays pourraient connaître une augmentation des suicides similaire, voire plus importante, dans le futur.»
Le nombre de suicides a fortement diminué

Si le Japon dispose de données aussi précises et rapides sur les suicides, contrairement aux autres pays qui peuvent mettre des années à les recenser, c’est parce que le suicide y est un fait social qui persiste depuis plusieurs décennies. Le Japon avait enregistré un triste record près de 34.500 décès en 2003, en pleine période de récession économique.

Le pays avait malgré tout enregistré en 2019 sont taux de suicide de plus bas depuis une quarantaine d’années (avec 19.959 morts), mais il reste l’un des pays du monde qui détient le taux de suicide le plus élevé, avec environ 18,5 morts pour 100.000 habitants en 2016, contre 17,7 en France, et 15,3 aux États-Unis.

Le suicide est un fait social d’une telle ampleur au Japon que les pouvoirs publics ont lancé de larges campagnes de prévention dès le début des années 2000. Selon les recherches effectuées par le gouvernement à ce sujet, les principales causes du suicide seraient les problèmes de santé, les problèmes financiers, les problèmes familiaux et les difficultés rencontrées au travail ou à l’école.

Article rédigé par la rédaction du Conseil du PECO