La principale province argentine de Buenos Aires a prolongé au 4 décembre une date limite déjà reportée pour que les obligataires conviennent d’un accord pour restructurer quelque 7 milliards de dollars de dette extérieure, a annoncé lundi le gouvernement local dans un communiqué.

Cette prolongation intervient après qu’un groupe de détenteurs d’obligations de la province a déclaré plus tôt en novembre qu’il avait retenu les services d’un avocat en raison du “manque d’engagement constructif” du gouvernement dans les négociations.

La province a repoussé la date limite des pourparlers à plusieurs reprises, malgré la récente refonte réussie du gouvernement national de près de 110 milliards de dollars d’obligations en devises. Les détenteurs d’obligations ont rejeté une offre de dette antérieure de la province.

Le gouvernement local a déclaré qu’il demandait aux créanciers qui n’avaient pas encore accepté sa proposition de “reprendre les négociations de bonne foi” dans le but de parvenir à un accord et espérait pouvoir “parvenir à un consensus dans les semaines à venir” concernant les modifications de son offre.

“A cette nouvelle étape, il convient de réitérer la volonté de la province de modifier l’offre formelle déjà faite, en s’assurant toujours que la dette qui en résulte est soutenable à moyen et long terme”, a déclaré le gouvernement.

Ajoute des détails, des commentaires

BUENOS AIRES, 9 novembre (Reuters) – La principale province argentine de Buenos Aires a reporté au 4 décembre une date limite déjà reportée pour que les obligataires conviennent d’un accord pour restructurer quelque 7 milliards de dollars de dette extérieure, a annoncé lundi le gouvernement local dans un communiqué.

Cette prolongation intervient après qu’un groupe de détenteurs d’obligations de la province a déclaré plus tôt en novembre qu’il avait retenu les services d’un avocat en raison du “manque d’engagement constructif” du gouvernement dans les négociations.

La province a repoussé la date limite des pourparlers à plusieurs reprises, malgré la récente refonte réussie du gouvernement national de près de 110 milliards de dollars d’obligations en devises. Les détenteurs d’obligations ont rejeté une offre de dette antérieure de la province.

Le gouvernement local a déclaré qu’il demandait aux créanciers qui n’avaient pas encore accepté sa proposition de “reprendre les négociations de bonne foi” dans le but de parvenir à un accord et espérait pouvoir “parvenir à un consensus dans les semaines à venir” concernant les modifications de son offre.

“A cette nouvelle étape, il convient de réitérer la volonté de la province de modifier l’offre formelle déjà faite, en s’assurant toujours que la dette qui en résulte est soutenable à moyen et long terme”, a déclaré le gouvernement.

Il a ajouté que la province s’était engagée à gérer de manière responsable son fardeau de la dette et que sa capacité de paiement devrait tenir compte du contexte économique plus difficile et de la disponibilité des devises.

L’Argentine est enlisée dans une crise économique depuis 2018 et se dirige vers sa troisième année consécutive de récession, avec une contraction attendue de près de 12% cette année, ainsi qu’une crise de change qui a conduit à des contrôles de capitaux rigoureux.