Le Bureau des statistiques de la municipalité métropolitaine d’Istanbul a publié le Bulletin sur l’environnement d’Istanbul d’avril 2020. Le bulletin comprenait des statistiques sur la qualité de l’air d’Istanbul, l’eau, la gestion de l’environnement, la propreté, la production d’électricité à partir de gaz d’enfouissement et les statistiques du gaz naturel.

Une amélioration de 28,6% de la qualité de l’air a été observée à Istanbul en avril. Alors que l’air le plus sale a été enregistré en 2017 au cours des cinq dernières années, les endroits les plus propres étaient Kandilli, Büyükada et Sarıyer. Le taux d’occupation des barrages d’Istanbul a atteint 70%. Bien qu’il y ait eu une diminution de la quantité de déchets domestiques collectés en un an, la plus grande excavation a eu lieu en 10 au cours des dernières années 2017. Une superficie de 7,5 millions de mètres carrés est balayée chaque jour à Istanbul. Il y a eu une augmentation de 2019 pour cent de la production d’électricité à partir de gaz d’enfouissement dans 26,8. Alors que la consommation de gaz naturel a augmenté de 35% en janvier, la plupart des abonnés au gaz naturel se trouvent à Esenyurt.
STATISTIQUES SUR LA QUALITÉ DE L’AIR

Amélioration de 28,6% de la qualité de l’air

L’indice de la qualité de l’air s’est amélioré de 28,6% à Istanbul en avril. La pollution atmosphérique la plus élevée à Kartal, Ümraniye et Kadıköy mesurée dans les stations. Alors que l’indice moyen de la qualité de l’air (HKI) était de 1 à Istanbul entre le 31-2020 mars 55, il est tombé à 1, avec une amélioration de 12% entre 2020-28,6 le 39 avril.

Le temps le plus sale est Kartal, Umraniye et Kadıköy’also

La pollution atmosphérique la plus élevée en mars et avril à Kartal, Ümraniye et Kadıköy mesurée dans les stations. La pollution atmosphérique la plus faible a été enregistrée dans les stations de Kandilli, Sarıyer et Büyükada.

L’air frais est à Kandilli, Büyükada et Sarıyer

En comparaison des mêmes périodes de 2019 et 2020 (1er janvier – 7 avril), HKI, qui était de 2019 en 58, s’est amélioré de 2020 pour cent en 13 et était de 50. Au cours de cette période, le HKI le plus élevé a été enregistré à Aksaray et Kâ Kağıthane, et le plus bas à HKI, Kandilli, Büyükada et Sarıyer.

Au cours des cinq dernières années, la pollution atmosphérique la plus élevée en 2017

Selon les indices de la qualité de l’air des cinq dernières années et 2020 à Istanbul, la valeur la plus élevée a été mesurée en 58 avec une moyenne de 2017. La valeur la plus basse a été réalisée entre 47 et 2015 en raison du fait que les carrières de Sultangazi et les stations mobiles étaient également inactif. À l’exception des carrières et des stations mobiles, les valeurs les plus élevées ont été mesurées dans les zones HKİ Traffic et Urban Station.

Pendant l’épidémie, la plus forte diminution du trafic maritime

Au cours de la période Covid-19, la baisse de l’indice de pollution atmosphérique à Istanbul a été observée principalement dans le trafic maritime. Après le début des pratiques de restriction des mouvements urbains en raison de Covid-19 dans notre pays, la valeur moyenne de HKI, mesurée entre le 16 mars et le 10 avril 2020, était de 44, tandis que ces valeurs ont été mesurées comme 2019 dans la même période de 61 Par conséquent, la qualité de l’air s’est améliorée de 28% par rapport à la même période de l’année précédente. La plus grande amélioration a été enregistrée dans le trafic et le contexte urbain (38%) et le trafic urbain (37%).

La pollution de l’air a diminué après l’interdiction

HKI mesuré à la fin de la semaine avant l’interdiction de Covid-19 (7 – 8 mars 2020); Il a été mesuré à 63 (65-20 avril 11) le week-end suivant (12-20 avril 53) des interdictions (vacances dans les établissements d’enseignement, interdiction XNUMX +, interdiction XNUMX et couvre-feu).
STATISTIQUES DE L’EAU

Le taux d’occupation des barrages est de 70%

Les taux d’occupation moyens de 10 barrages qui alimentaient Istanbul en eau étaient de 19% en avril 2020 70. Les taux d’occupation les plus élevés sont Darlık avec 100% et Ömerli Dam avec 97%; l’occupation la plus faible était Pabuçdere avec 23 pour cent et Alibey Dam avec 36 pour cent. Le barrage d’Ömerli constituait 97% de l’eau des barrages d’Istanbul avec un taux d’occupation de 37%.

La consommation d’eau par habitant est passée à 68,4 mètres cubes

La quantité d’eau potable offerte à Istanbul a augmenté de 2009 pour cent depuis 32 ans. La consommation d’eau par habitant est passée de 56 mètres cubes par an à 68,4 mètres cubes. La quantité totale d’eau potable offerte à Istanbul a augmenté de 2009 pour cent, passant de 31,84 à aujourd’hui, passant de 723 millions 655 000 mètres cubes à 1 milliard 61 millions 770 milliers de mètres cubes.

L’occupation la plus élevée a eu lieu en 2015

Compte tenu des taux d’occupation des barrages au cours de la dernière décennie, l’occupation la plus élevée s’est produite en 96,91 avec 2015 pour cent et l’occupation la plus faible en 32,2 avec 2014 pour cent.

Au cours de la dernière année, l’occupation la plus élevée a été enregistrée en mai

Compte tenu des taux d’occupation mensuels des barrages de l’année dernière, l’occupation la plus élevée a eu lieu en mai 88,67 avec 2019 pour cent et l’occupation la plus faible en décembre 36,67 avec 2019 pour cent.