Seoul

 

Près de 25% des 1,67 million de résidents étrangers vivant en Corée du Sud (427 618) vivent à Séoul, selon les données – une augmentation de 50% par rapport à 2017, selon la ville de Séoul.

Yeongdeungpo-gu compte la plus grande population d’expatriés (59 561 personnes), suivie de Guro-gu (54 541), Geumcheon-gu (33 107), Gwanak-gu (29 698), Gwangjin-gu (22 230), Yongsan-gu (20 697) et Dongdaemun ( 20,002).

Les trois districts ayant le moins de population étrangère étaient Dobong-gu (3 143), Gangbuk-gu (5 423) et Nowon-gu (5 479).

Alors que la population expatriée continue d’augmenter à Séoul, la ville et le gouvernement central ont élaboré des politiques visant à améliorer leur qualité de vie et à exploiter pleinement leurs capacités dans l’intérêt national.

Dans le cadre de cette initiative, la ville de Séoul et le ministère de la Justice vont créer lundi un partenariat dans le cadre duquel ils exploreront des moyens de séduire des entrepreneurs, des universitaires et des étudiants étrangers talentueux, ainsi que de simplifier les processus d’immigration et de visa.

Les deux organisations organiseront conjointement une réunion sur les politiques deux fois par an pour traiter six ordres du jour clés. La première réunion aura lieu en mars pour discuter de la création d’un organisme gouvernemental indépendant spécialisé dans les questions d’immigration et d’expatriation.

Sous la structure gouvernementale actuelle, le service d’immigration coréen (KIS) s’occupe de ces problèmes. Cependant, le statut de KIS au sein du ministère de la Justice laisse encore de nombreuses limites administratives en termes d’élaboration et de mise en œuvre de politiques.