L’équitation et ses dangers

L’équitation est un des plus beaux sports, mais il ne faut pas en méconnaître les dangers. Le cavalier, même expérimenté, est toujours soumis aux caprices souvent imprévisibles du cheval. Le risque de chute est parfois aggravé par l’étrier dans lequel un pied peut se coincer, ce qui est à l’origine de bien des accidents mortels.

chute-cheval

Le galop dans les sous-bois peut être rendu très dangereux par la présence de branches basses.

Il est évidemment recommandé de ne pas chevaucher sans le port d’une bombe (voire d’épaulières), sans la présence d’un autre cavalier expérimenté, et si possible sur un cheval dont on connaît les réactions et les possibilités.

1) Certes, les microtraumatismes liés à l’équitation ne peuvent être niés mais en règle générale ne sont ni plus ni moins fréquents que dans les autres sports.
Il faut citer : les LOMBALGIES , les LUMBAGOS , les LOMBOSCIATIQUES .
Ces pathologies ont des facteurs déclenchant particulier :
-intensité de la pratique.
-exercices violents (saut en particulier) .
-une hyperlordose lombaire préexistante.
-une discopathie dégénérative.

2) Les muscles sont également, et en particulier les abducteurs des cuisses, le siège d’atteintes diverses : claquage, contractures, tendinites.

3) Les traumatismes :
-les cavalières sont plus fréquemment accidentées.
-les cavaliers de plus de quarante ans également ainsi que les cavaliers très jeunes (moins de 12 ans) .
-les cavaliers expérimentés semblent plus fréquemment accidentés.
-les accidents sont dûs : d’abord à la chute du cavalier, puis aux ruades, aux bousculades aux boxes, aux morsures, aux coups de tête et à l’écrasement d’un pied.

4) La nature des lésions. Ce peuvent être des :
-Fractures : le membre supérieur étant le plus touché, puis le membre inférieur, puis les fractures du nez, de la face et du crâne.Les fractures rachidiennes sont lombaires ou dorsolombaires.
-Contusions : qui peuvent atteindre toutes les parties du corps.
-Plaies : qui prédominent à la face.
-Commotions cérébrales : sont responsables des accidents graves. Elles doivent être évitées par le port d’une protection efficace.
-Entorses : fréquentes à la cheville et au poignet (les rênes et la longe sont responsables des entorses du poignet en raison d’une mauvaise prise) .
-Luxations : la plus fréquente est la luxation de l’épaule.
-Lésions des organes internes : en général dues à la chute du cheval et du cavalier, le cavalier restant bloqué sous l’animal.

5) Prévention des accidents:
-il faut apprendre aux cavaliers à se recevoir en cas de chute.
-porter une protection céphalique efficace.
-éviter les sorties solitaires.
-en groupe, garder ses distances.
-aménager des allées cavalières sans branches basses et sans route à traverser.
-porter des bottes à semelles semi-lisses.
-utiliser des étriers suffisamment larges. : cela est primordial.
-porter des gants.
-éviter les objets contondants dans les poches.
-avoir une bonne forme physique et de ce fait la pratique d’un autre sport est très recommandée : footing, bicyclette, natation.
-bien connaître son cheval.
-avant toute chose, avoir bénéficié d’un bon enseignement au départ.

Laisser un commentaire

%d bloggers like this: