Le Portugal n’a signalé aucun décès lié au coronavirus lundi d’un jour plus tôt pour la première fois depuis la mi-mars, lorsqu’un verrouillage a été mis en place, et le plus bas nombre de nouvelles infections en près de trois mois.

“Cela a été très difficile ces derniers temps – nous sommes très heureux que cela se soit produit”, a déclaré le secrétaire d’État à la Santé, Antonio Sales, en pleurant lors d’une conférence de presse.

“Je veux laisser ce message d’espoir aux Portugais mais je veux leur demander de nous aider à maintenir ces chiffres”, a-t-il déclaré.

Le nombre total de cas confirmés au Portugal a augmenté de 106 par rapport à dimanche à 51 569, avec 62% des nouvelles infections signalées à Lisbonne et dans ses environs, où des flambées localisées en périphérie inquiètent les autorités au cours des deux derniers mois.

Le bilan des morts est resté inchangé à 1738.

Le pays, fortement dépendant du tourisme, a commencé à lever les restrictions imposées lors d’un verrouillage de six semaines le 4 mai et a été initialement salué comme une réussite dans sa lutte contre la maladie.

Mais les épidémies autour de Lisbonne ont forcé le gouvernement à rétablir certaines mesures dans les zones touchées et ont conduit plusieurs pays européens, dont l’Irlande, la Belgique et la Finlande, à imposer des restrictions de voyage au Portugal.

Le Portugal a également été laissé sur une liste de dizaines de pays que la Grande-Bretagne considérait comme suffisamment sûrs pour voyager sans avoir à se mettre en quarantaine au retour.

La nécessité pour les vacanciers rentrant en Grande-Bretagne du Portugal de se mettre en quarantaine pendant 14 jours a particulièrement affecté l’Algarve, une région prisée pour ses plages et ses terrains de golf.