L’Organisation internationale du Travail des Nations Unies (ONU), dans une récente évaluation, brosse un tableau sombre de l’industrie touristique de la Thaïlande qui a été particulièrement touchée par la pandémie de coronavirus, estimant qu’un total de six millions de personnes sont sur le point de perdre leur emplois dans le secteur cette année, sans compter les travailleurs informels du secteur.

L’Université de la Chambre de commerce thaïlandaise a également estimé que jusqu’à six millions de personnes dans le secteur se retrouveraient au chômage au cas où la Thaïlande perdrait, comme on le craignait, plus de 30 millions de touristes cette année. Les prévisions de la chambre indiquent que la Thaïlande pourrait ne voir que 8,5 millions d’arrivées de touristes en 2020, loin des 39,8 millions de visiteurs en 2019. Le nombre de chômeurs dans le tourisme pourrait même atteindre dix millions si la pandémie ne s’atténue pas fin juin. , a averti la chambre.

Dix millions de personnes sans emploi représenteraient près du quart de la main-d’œuvre officielle actuelle de près de 38 millions de personnes employées en Thaïlande. Tous les travailleurs du tourisme sans emploi entraîneraient une spirale du taux de chômage traditionnellement bas du pays.

La dépendance excessive à l’égard du tourisme contre-attaque

Ce serait un coup dur pour l’économie thaïlandaise qui, au cours des dernières décennies, ne s’est pas beaucoup préoccupée de sa dépendance excessive à l’égard du tourisme qui représentait officiellement – directement et indirectement – environ un quart du PIB du pays, mais encore plus de manière informelle. En comparaison, le tourisme au Cambodge ne représente que 6,7% du PIB du pays et 6,9% au Vietnam, selon l’ONU.

“Le secteur du tourisme en Thaïlande a surmonté de nombreux chocs passés, y compris les catastrophes naturelles et l’instabilité politique, mais il pourrait y avoir de nouvelles sources émergentes de risques qui pourraient devoir être prises en compte”, selon le rapport de l’ONU.

“L’ampleur des chocs socio-économiques actuels qui résultent des effets sanitaires et économiques liés à la pandémie actuelle de Covid-19 sont sans précédent dans l’histoire récente”, a-t-il ajouté, notant que “la crise de Covid-19 est sortie de nulle part et complètement court-circuité la demande et l’offre de toute l’économie touristique. »

Le secteur du tourisme ne survivra pas sans l’intervention de l’État: ONU

Le principal problème pour l’industrie touristique thaïlandaise est l’effondrement du tourisme récepteur. Les arrivées de touristes internationaux en janvier et février sont tombées à 5,9 millions, contre 7,3 millions au cours des mêmes mois l’an dernier. La fermeture du principal aéroport international de Thaïlande à Bangkok en avril a ramené pratiquement à zéro le nombre d’arrivées de touristes à partir de ce mois, et la réouverture pour les vols internationaux à l’arrivée n’est toujours pas prévue.

L’ONU a averti que le secteur du tourisme en Thaïlande ne survivrait pas aux répercussions de la pandémie sans l’aide du gouvernement.

“Les millions de travailleurs qui gagnent leur vie grâce à ce secteur ne pourront pas subvenir à leurs besoins et à ceux de leur famille pendant longtemps grâce à des réductions de salaire, ou pire, à des pertes d’emplois, sans l’aide du gouvernement”, indique le rapport.

À titre de soulagement immédiat, le gouvernement thaïlandais offre jusqu’à 100 milliards de bahts (3,1 milliards de dollars) de prêts bonifiés aux opérateurs touristiques et remboursera également les dépôts de licences touristiques pour aider à améliorer le fonds de roulement des entreprises touristiques.