Près de 9 000 $ ont été alloués à une travailleuse de café de Wellington après avoir effectué un quart de travail complet, mais on lui a dit par la suite qu’il s’agissait d’un procès non rémunéré.

Helen Mawhinney, qui a travaillé huit heures à Wadestown Kitchen de Sfizio Limited le 4 août 2017, s’est adressée à l’autorité des relations de travail (ERA), affirmant qu’elle était à l’emploi de Sfizio et qu’elle avait été licenciée de manière constructive.

Sfizio a nié les allégations de Mawhinney, affirmant qu’elle avait accepté de se soumettre à une évaluation non rémunérée des compétences pendant une partie de la journée dans l’espoir d’obtenir un poste au café.

Selon les témoignages entendus par les autorités, Mawhinney a rencontré les directeurs de Sfizio, Kathy Parfitt et Curtis Gregorash, le 3 août 2017, après avoir répondu à une offre d’emploi pour un barista expérimenté.

À la fin de l’entretien, il a été convenu que Mawhinney se rendrait au café Wadestown Kitchen le lendemain, a-t-on appris.

Mawhinney a déclaré à l’autorité qu’elle avait travaillé toute une équipe le 4 août, de 8 heures à 16 heures, où elle avait entrepris diverses tâches.

À la fin de la journée, alors que le café était fermé, Mawhinney prétend avoir demandé à Parfitt si elle devait donner son numéro de compte bancaire afin de pouvoir être payée pour la journée. Seulement pour que Parfitt réponde: “Oh, Curtis ne vous at-il pas dit? était un procès non rémunéré “.

Mawhinney a dit à l’autorité qu’elle était bouleversée par ce qu’elle avait entendu et a informé Parfitt qu’elle avait engagé des frais de garde d’enfants et de déplacement pour se rendre au café de la journée.

Plus tard dans la soirée, Parfitt a envoyé à Mawhinney un SMS lui demandant de s’excuser de toute “confusion” en ce qui concerne le fait que la journée soit un procès non rémunéré. À la fin du texte, Mawhinney s’est vu proposer un emploi à Wadestown.

Mawhinney répondit par texto quatre jours plus tard (le 8 août) pour décliner le poste et demanda à être payée pour son quart de travail terminé, informant Sfizio qu’ils avaient jusqu’à la fin de la semaine pour la payer, elle poursuivrait la médiation.

Cette fois, Gregorash a répondu en réitérant qu’il ne payait pas les jours d’essai, affirmant que ceux-ci n’étaient pas “des membres productifs de l’équipe et que vous pouviez partir quand vous le souhaitez. Ce n’est pas une journée de travail.”

Gregorash a ajouté qu’ils annulaient également officiellement l’offre d’emploi.

Lors de son témoignage devant l’autorité, Gregorash a déclaré que Sfizio n’offrait jamais d’emploi à un employé potentiel avant qu’il / elle entreprenne une évaluation de ses compétences.

Mais il accepta que les arrangements concernant la présence de Mawhinney au café le 4 août n’avaient pas été consignés par écrit.

En revanche, Mawhinney a déclaré aux autorités qu’à la fin de l’entretien, Parfitt lui avait dit qu’elle était «exactement ce que nous recherchions» et qu’elle pouvait «vous donner 30 heures par semaine mais le travail pourrait s’étirer entre les deux cafés».

Mawhinney affirme que Parfitt lui a dit “de rentrer demain et de travailler par quarts complets, de 8 heures à 15 heures environ” et qu’elle pensait que la demande de “travail par quarts” signifiait qu’elle avait obtenu le poste.

Dans la détermination de l’autorité, Michele Ryan, membre de l’ERA, a déclaré qu’elle préférait la preuve présentée par Mawhinney et n’était pas convaincue que les questions entourant le changement du 4 août aient été transmises à Mawhinney par Mfafio.

Ryan a ajouté que la ligne de démarcation entre Mawhinney participant à une évaluation des compétences et son engagement dans le travail était franchie et que le travail effectué par Mawhinney contribuait à l’activité et lui procurait un avantage économique.

Après avoir établi que Mawhinney était bien un employé de Sfizio, l’autorité a jugé que les actions de Sfizio constituaient un licenciement implicite.

Mawhinney a reçu une indemnité de 7 000 $, un revenu brut de 1 890 $ pour un préavis de quatre semaines et un montant brut de 119,07 $ pour son travail effectué le 4 août.