Huawei devrait remplacer Android de Google par son propre système d’exploitation mobile cette année

Un nouveau téléphone Huawei équipé du système d’exploitation Hongmeng, mis au point par le géant chinois des télécoms pour remplacer Android, pourrait être mis en vente en 2019, selon le journal chinois Global Times.

Huawei

Le premier fournisseur mondial d’équipements de télécommunications teste déjà le nouveau système d’exploitation intégré sur ses appareils mobiles, a rapporté le journal dimanche. Huawei envisage de cibler les segments bas et moyen du marché des smartphones, en fixant le prix du nouveau téléphone à environ 2 000 yuans (environ 290 dollars américains).

“Les nouveaux téléphones Huawei dotés du système Hongmeng feront leurs débuts sur le marché au quatrième trimestre, avec plusieurs millions d’unités en stock”, a déclaré une source au Global Times. Le rapport ajoute que le nouvel appareil devrait être utilisé dans les prochains téléphones phares de la société, la série Mate 30.

Bien que la société ait auparavant minimisé la possibilité d’utiliser le système d’exploitation auto-développé sur les smartphones, des sources ont indiqué à Global Times que Huawei vérifie maintenant la compatibilité de Hongmeng avec les applications Android. En juin, Catherine Chen, première vice-présidente de la société, a déclaré que l’entreprise souhaitait continuer à utiliser Android de Google, car le système d’exploitation Hongmeng contient moins de lignes de code que tout autre système d’exploitation téléphonique et est principalement destiné à l’Internet des objets et à une utilisation industrielle. .

La nouvelle de la construction par Huawei de son propre système d’exploitation est apparue peu de temps après que le gouvernement américain a interdit aux entreprises américaines de vendre des pièces ou des technologies à Huawei en mai. Lorsque l’interdiction entrera pleinement en vigueur, Huawei perdra notamment l’accès aux applications et aux services de Google.

Toutefois, les entreprises américaines ont été autorisées à continuer à vendre leurs équipements à Huawei si cela ne relevait pas du “grand problème d’urgence nationale”. au sommet du G20 au Japon.

La réunion de juin a marqué une nouvelle trêve dans la longue guerre commerciale opposant Washington à Beijing. La pause n’a toutefois pas duré longtemps, alors que Trump menaçait la semaine dernière de frapper la Chine avec un droit de douane de 10% sur des importations chinoises d’environ 300 milliards de dollars à compter du 1er septembre, ajoutant que cela pourrait augmenter.


Partagez votre publicité, contactez-nous

Laisser un commentaire

%d bloggers like this: