Le Chili limite l’accès à l’île de Pâques

Trop d’hôtels, trop de touristes, trop de déchets: les peuples indigènes de l’île de Pâques chilienne se plaignent du nombre de visiteurs. Aux termes de la loi, le Chili réglemente maintenant l’accès.

image-957581-860_galleryfree-bddw-957581

En raison du nombre important de touristes sur l’île de Pâques chilienne, l’accès sera désormais limité. “Cette île est magique, tout le monde veut la visiter”, a déclaré mercredi (heure locale) le dirigeant chilien Sebastián Piñera, la chaîne d’information “24 Horas” sur l’île située à environ 3 500 km de la côte sud-est du Chili. Dans le même temps, l’île de Pâques a besoin de protection.

Par conséquent, mercredi, une loi est entrée en vigueur qui réduit de 90 à 30 jours le séjour maximal de touristes sur l’île de Pâques. En outre, les visiteurs de chez eux et de l’étranger doivent remplir les conditions suivantes pour se rendre sur l’île avec les célèbres statues de pierre géantes appelées Moaï: vous devez remplir un formulaire pour votre visite, faire une réservation d’hôtel ou une invitation d’un insulaire et en revenir billets de retour.

S’installer de manière permanente sur l’île ne concerne plus que les membres ou les épouses de Rapanui, le peuple autochtone de l’île de Pâques. Sinon, seuls les fonctionnaires, les employés d’institutions travaillant pour le compte de l’État chilien et les personnes exerçant une activité économique indépendante peuvent vivre avec leurs familles sur l’île.

Les Rapanui se plaignent du fait que de plus en plus d’étrangers viennent sur l’île de Pâques, déplaçant ainsi leur culture et consommant les ressources de l’île. “Les étrangers sont sur le point de prendre le contrôle de l’île”, a déclaré le maire de l’île, Pedro Pablo Edmunds Paoa.

Le développement croissant de l’île, notamment avec les hôtels, menace également la faune et la flore. Et par les touristes les montagnes de déchets poussent sur l’île. Il y a dix ans, c’était 1,4 tonne de déchets par an, aujourd’hui c’est 2,5 tonnes.

Chaque année, 116 000 touristes visitent l’île de Pâques. La population a doublé en quelques décennies. Sur les 7 750 résidents permanents, 40% sont des Rapanui.

Laisser un commentaire

%d bloggers like this: