Comment boire de la vodka comme un russe ?

Explorer pourquoi les Russes reniflent du pain tout en buvant de la vodka offre un portail sur les réalités de la vie russe à une époque où la compréhension culturelle sympathique fait cruellement défaut.

vodka-russia

«Quelqu’un à Bristol a commencé à fabriquer une vodka appelée Novichok», a déclaré notre hôte, Natasha Ward, faussement scandalisée par la référence à l’agent neurotoxique toxique. “Et on leur a immédiatement dit: ‘Arrêtez-le tout de suite!'” Elle se mit à rire en finissant de mettre la table pour la réunion du jour chez elle, dans le sud de Londres, en présentant les plats comme on pourrait présenter les invités à une fête. “Nous commençons par le hareng salé et non mariné – les Anglais détestent la betterave parce qu’ils ne l’ont jamais rencontré que dans cet horrible vinaigre et ces harengs en tonneau qui ressemblent à des cadavres, vous savez?”

Ward est un maître du mouvement entre les cultures. Elle est à moitié russe et à moitié anglaise et a travaillé comme interprète pour des partis aussi divers que les Nations Unies, Angelina Jolie et Mikhail Gorbatchev. La tâche d’aujourd’hui – expliquer exactement pourquoi les Russes pourraient renifler du pain tout en buvant de la vodka – n’est peut-être pas aussi étoilée, mais elle offre un portail sur les réalités de la vie russe à une époque où la compréhension culturelle sympathique fait cruellement défaut.

Pour les observateurs, les relations entre la Russie et l’Occident semblent actuellement frileuses; Les dernières nouvelles faisant état du retrait des traités russes et américains du traité sur les armes nucléaires, des empoisonnements par agents neurotoxiques de Salisbury au Royaume-Uni et, bien entendu, de la Coupe du monde de football 2018 en Russie, étaient plus que jamais sensibles à la guerre froide.

“Nous étions heureux quand l’équipe de football russe a finalement perdu”, a déclaré Anna Ivanov, tandis que son mari, Misha, haussait les épaules. Anna et Misha sont les parents de la meilleure amie de Ward, Helena Bayliss, et le couple s’est installé ici de Russie il y a 20 ans, lorsque leur fille a épousé un Anglais. «Lorsque l’équipe a été gagnante, tout ce que les médias ont dit était dans l’air chaud. La bouche ne s’est pas refermée un instant!

«Maintenant, dit Ward, avec quelle vodka commencerons-nous?

Le choix était impressionnant, comme il se doit. La Russie, après tout, est le lieu de naissance du chimiste Dmitri Mendeleev, qui a créé le tableau périodique des éléments et aurait également perfectionné la recette de la vodka en tant que preuve irréfutable à 40% (un mythe populaire mais une histoire amusante). En conséquence, Ward a offert une vodka pertsovka faite avec des piments, une vodka russe ordinaire, une vodka fabriquée à Terre-Neuve dans le cadre d’une nouvelle initiative de l’acteur hollywoodien Dan Aykroyd et une vodka maison au limonaya (citron). «C’est en fait de l’alcool à usage médical, ce qui prouve à 95%», dit Ward d’un ton neutre, «qu’on dilue ensuite moitié-moitié et que l’on ajoute du citron». Moonshine, en d’autres termes? “Non, si c’était de la bonne humeur, nous aurions besoin de faire une pause.” Bayliss se mit à rire. “Natasha, tu déçois!”

Notre petite entreprise a été constituée pour deux raisons: premièrement, passer un moment convivial; et deuxièmement, obtenir le fond du rituel russe de la vodka – une tradition ancestrale selon laquelle les buveurs sociaux reniflent du pain au nom de la bienséance.

Pour commencer, la vodka et les verres ont été récupérés du congélateur et Bayliss a présenté l’essentiel pour boire de la vodka à la russe. «La vodka doit être froide, le verre doit être minuscule et il doit y avoir quelque chose de salé, ou du pain de seigle, à suivre», a-t-elle déclaré. “C’est inutile de boire de la vodka et de la suivre avec un éclair, ça ne marche pas”. “Ou,” ajouta Ward, “Dieu nous en préserve, le suivant sans rien!”

La température de congélation de la boisson est une évidence. il envoie le tir dans la gorge plus confortablement. “Ce n’est pas quelque chose que vous sirotez et savourez”, a déclaré Bayliss. Alors, pourquoi les gens le boivent-ils? Sa mère a ri. “Eh bien, l’après, la lueur!”

La lueur, en fait, est la première fois que j’ai rencontré le rituel russe «renifler le pain». Ward est la mère de ma meilleure amie, Marsha. À l’adolescence, Marsha et moi étions plus qu’heureux d’assister aux réunions de sa mère à la suite de ses voyages de travail en Russie, la table regorgeant d’alcool exotique, de cornichons salés et de pain noir. . Nous observions Ward et ses invités en train de rire, de raconter des histoires et – surtout – de manger des collations immédiatement après avoir repoussé des coups de vodka. Lorsque l’appétit des clients était amplement satisfait – mais le grillage continuait – ils reniflaient rapidement le pain après avoir avalé leur verre de vodka au lieu de le manger. Nous avons été transpercés.

Deux décennies plus tard, j’ai revu le rituel, cette fois à la télévision aux heures de grande écoute. Dans un épisode de la série House of Cards de Netflix, le président russe dîne avec le président américain et montre comment boire de la vodka comme un russe – avec des reniflements et tout. C’est un processus théâtral complexe dans l’émission télévisée, et pas nécessairement précis («On ne le ferait pas avec un invité chic!» S’exclama Ward), mais l’inspiration vive est clairement présente. Des articles ont été écrits en réponse à l’épisode, suggérant que le pain est reniflé pour absorber l’alcool et compenser le goût de la vodka, tandis que le sel et l’acide des cornichons russes, comme ceux de la table de Ward, neutralisent l’alcool.

Mais, selon Ward et ses amis, le rituel n’est pas simplement médical, il remplit également une fonction sociale; en mangeant ou en reniflant du pain après le tir, vous montrez que vous ne vous contentez pas de ramener de la vodka pour vous saouler. “Si vous n’avez pas quelque chose pour chasser la vodka, comme un morceau de pain salé ou du hareng, ou mieux encore, du caviar, alors vous reniflez”, a déclaré Bayliss. “C’est symbolique.”

Ward admit: “Le reniflement ne se produit que si vous êtes trop pauvre pour avoir une nourriture adéquate.” Ou, bien sûr, trop plein. En effet, si vous n’aviez que peu de pain lors d’un rassemblement, vous le feriez passer autour de la table pour que chaque invité puisse sentir le pain à son tour.

Et si vous n’avez pas de pain du tout? “Tu renifles ta manche!”

En conséquence, nous avons pris le premier coup de la fête: Misha a grillé un pain grillé, la vodka glacée a glissé doucement et nous l’avons suivie avec une grosse bouchée de pain noir et de beurre. Plusieurs verres plus tard, et assez joyeux, nous avons chacun déchiré un morceau de pain et lui avons donné un bon reniflement.

Il existe donc des règles strictes concernant la consommation de vodka en Russie. Mais pourquoi on boit de la vodka est tout aussi important. En Russie, c’est une activité extrêmement sociale; Les fêtes russes ont lieu autour de la table et boire doit être une activité de groupe, jamais un plaisir privé. Les zakuski (collations) sont là pour être partagés et vous devez vous aider, ne pas attendre pour être offerts. Ward a même raconté une histoire russe apocryphe sur deux espions américains buvant de la vodka; leur couverture a été soufflée par le fait qu’ils ne chompaient pas zakuski pendant qu’ils buvaient.

Ensuite, il y a l’acte de se faire griller. Misha était animé et insistant sur sa signification. «Si tu bois, tu dois dire quelque chose!» Dit-il. «Ce n’est pas comme en Angleterre, où tout le monde est assis dans son coin. Nous sommes ensemble! Il doit donc y avoir quelque chose pour tout le monde. Cela aide les gens à sentir qu’ils sont unis. ”

Dans l’ancienne république soviétique de Géorgie, les toasts sont une affaire si élaborée que des grille-pain professionnels peuvent être embauchés pour des fonctions spéciales. Les toasts russes, en revanche, sont simples – du moins, c’est l’idée. Ce jour-là, des toasts enthousiastes ont été faits pour notre réunion ensemble, pour les belles femmes à la table et pour la santé de la reine. Misha a mené les toasts et tout le monde a suivi avec un copieux “Poyekhali!” (“Allons-y!”), Popularisé par le cosmonaute Yuri Gagarin qui s’est exclamé lors du décollage de son vaisseau spatial en 1961.

De toute évidence, les Russes ont une profonde affection pour la vodka. Même le nom de la boisson est attachant – «voda» signifie eau, et «vodka», son diminutif, se traduit par «peu d’eau». Mais il y a un côté sombre à boire de la vodka en Russie aussi. Traditionnellement, l’alcoolisme sévissait en Russie et la vodka (ou ce que vous pouviez vous procurer) offrait un moyen d’échapper à la dureté de la vie quotidienne. “Cela pourrait être un tel enfer en Union soviétique”, a déclaré Ward.

En effet, avant que Bayliss épouse un Anglais et que Misha et Anna s’installent au Royaume-Uni pour la rejoindre, le travail «classifié» de Misha signifiait qu’il ne pouvait pas quitter le pays. «Nous étions habitués à ce mode de vie, mais ce n’était bien sûr pas normal», a déclaré Misha, de leur vie dans la Russie de l’ère soviétique. «Nous avons régulièrement écouté la BBC, Voice of America, et nous savons qu’il existe une vie différente. Mais, vous êtes né dans cela, alors vous savez que vous ne pouvez aller nulle part. »Anna acquiesça de la tête. “C’était comme rêver de l’impossible.”

Les Ivanov ont raconté des histoires de privations et de privilèges de parti sans même un soupçon de drame ou d’apitoiement sur soi-même. “Vous avez eu accès à des choses ou n’en avez pas eu accès”, a déclaré Anna. “Vous devez aller payer pour quelque chose? Vous trouvez une fonction de fête. Vous allez au magasin et vous ne pouvez pas acheter de chaussures, mais il existe un département spécial pour les chefs de parti et les chefs du KGB.” Mais malgré ces souvenirs, les traditions russes que nous avons partagées à la table ce jour-là étaient très chaleureuses, allant du grillage au récit de vieilles histoires et de blagues russes.

«Quelqu’un a apporté des sardines à dîner, dit Ward, et lorsque l’hôtesse les ouvrit, ils étaient si vieux qu’ils n’étaient plus comestibles. Et la personne qui les a amenés a dit: “Je suis vraiment désolée que vous ayez mal compris. Ces gens ne mangeaient pas de sardines, c’était des sardines offertes!” ”

Il était temps de porter un autre toast et Misha était maintenant prêt à prononcer ses paroles – celles-ci à des amis absents. La vodka a été renversée, des morceaux de pain ont été saisis et des fourchettes ont été plongées dans du poisson salé. Tout le monde autour de la table était rose et satisfait. À la fin de l’après-midi, Misha observa stoïquement: «La vodka est comme un couteau. Ce n’est pas bon, ce n’est pas mal. Vous pouvez faire n’importe quoi avec un couteau. Couper la viande, couper le pain – avec un couteau spécial, vous pouvez faire l’opération. Mais un autre couteau peut tuer une personne. le couteau n’est pas à blâmer.

Laisser un commentaire

%d bloggers like this: