La Bulgarie mettra fin au moratoire sur la centrale nucléaire de Belene

Quatre entreprises ont manifesté leur intérêt pour la construction de la centrale nucléaire de Belene, les législateurs bulgares devant lever le moratoire sur sa construction.

1045172881

Quatre sociétés ont déposé des notes écrites exprimant leur intérêt à participer à une offre de construction de la centrale nucléaire de Belene, le Parlement devant voter pour la fin de la semaine afin de lever le moratoire sur sa construction, a déclaré le vice-Premier ministre Tomislav Donchev. a déclaré dimanche.

La commission de l’énergie du parlement bulgare a annoncé vendredi le nom de trois de ces sociétés, mais lors d’un entretien accordé à la télévision bulgare dimanche, Donchev a refusé de nommer la quatrième qui avait manifesté son intérêt.

Les trois nommés par le comité sont la Société nationale chinoise du nucléaire, la CNNC, le russe Rosatom et le réacteur français Framatome.

Lors de sa visite à Moscou mercredi dernier à la rencontre du président russe Vladimir Poutine, le Premier ministre bulgare Boyko Borissov a déclaré que la centrale de Belene ne sera construite que si elle attire un investisseur stratégique et respecte les principes du marché.

Le moratoire sur la construction de l’usine a été imposé par le premier cabinet de Borissov en mars 2012 et confirmé par le parlement en février 2013.

Le ministre de l’énergie, Temenuzhka Petkova, a ajouté que dans le “meilleur des cas”, le projet serait achevé sans garantie de l’Etat, sans contrats garantis par l’Etat pour l’achat d’énergie à prix fixe et avec séparation des actifs et des passifs de la nouvelle exploitation. ceux de la National Electric Company, NEC et de la société bulgare Energy Holding, BEH.

On ne sait toujours pas si l’une des entreprises ayant manifesté un intérêt pour le projet est prête à respecter ces conditions.

Malgré la suggestion de Borissov selon laquelle les garanties de l’État resteront minimales, ses ministres ont envoyé des messages plus contradictoires.

Petkova a déclaré au comité de l’énergie qu’il est possible que la centrale de Belene soit construite avec un prêt interétatique de la Russie, comme la centrale nucléaire de Paks en Hongrie.

Selon le ministre de l’énergie, pour que cela se produise, la Bulgarie devra conserver au moins 34% des parts du projet, évalué à 20 milliards de levs (10 milliards d’euros).

À l’heure actuelle, les actifs des deux sociétés énergétiques bulgares, le NEC et le BEH, sont évalués à trois milliards de lev (1,53 milliard d’euros), ce qui représenterait 15% des coûts actuellement estimés du projet.

Cela signifierait que l’État devrait doubler ses investissements si cette option est choisie par le parlement, ce qui entraînerait une augmentation des emprunts publics.

Le projet a déjà coûté 600 millions d’euros à la Bulgarie, après que NEC ait perdu une affaire d’arbitrage avec la société russe Atomstroyexport pour la production de deux réacteurs nucléaires. La Bulgarie n’avait pas payé les réacteurs après l’arrêt de la construction de la centrale nucléaire de Belene en 2012, date à laquelle le moratoire a été imposé.

Vendredi, le groupe parlementaire du Parti socialiste bulgare a déposé au parlement une proposition législative prévoyant la levée du moratoire sur la construction du projet.

A en juger par le soutien du cabinet de Borissov, il est fort probable que la majorité parlementaire du GERB soutiendra la motion et que celle-ci sera adoptée.

On s’attend alors à ce que les différentes options soient discutées et mises aux voix.

Laisser un commentaire

%d bloggers like this: