43-1024x732

La situation au sein de l’entreprise de tracteurs Zetor de renommée internationale en République tchèque s’est stabilisée à la suite de licenciements majeurs annoncés l’année dernière. La réduction des effectifs et la liquidation des stocks se sont avérées efficaces et l’entreprise fera même un petit nombre de nouvelles embauches au cours de l’année à venir, a rapporté la Télévision tchèque.

À la mi-décembre 2018, la direction de Zetor a annoncé des licenciements massifs dans le but de maintenir l’entreprise à flot. Il avait été mis sous pression en raison d’une baisse des ventes de tracteurs en Europe, a déclaré à l’époque la PDG Marián Lipovský à la télévision tchèque.

Initialement, Zetor a annoncé que les licenciements auraient un impact sur 260 personnes, soit environ 40% de son personnel à l’époque.

En fin de compte, cependant, le nombre réel de personnes sans emploi était de 145 après que la société a réduit ses licenciements en réduisant ses stocks et en arrêtant sa chaîne de montage.

Il était alors prévu de produire 1 530 tracteurs au cours de l’année 2019 mais d’en vendre 600 autres. Cette stratégie s’est avérée fructueuse et la chaîne de montage est à nouveau opérationnelle.

Le chef du syndicat de l’usine de Brno, Alois Kazelle, a déclaré à la télévision tchèque que la situation s’était calmée et qu’une nouvelle convention collective était satisfaisante.

Zetor prévoit même de faire quelques dizaines de nouvelles embauches en 2020. Cela s’explique notamment par un nouveau mouvement dans le cadre d’un accord conclu il y a quelques années pour produire des véhicules pour le marché russe.

Le PDG Lipovský a déclaré à la télévision tchèque que les chiffres convenus dans le cadre de ce partenariat pour l’année prochaine étaient environ le double de ceux de 2019. Zetor a fourni environ 600 tracteurs à la Russie au cours des deux dernières années.

Depuis sa fondation en 1946, Zetor a produit plus de 1,3 million de tracteurs. Ses années les plus prospères ont été sous le régime communiste de la Tchécoslovaquie, où à un moment donné la production n’a pas atteint moins de 20 000 par an.

Zetor avait même des usines d’assemblage dans des États comme l’Inde, l’Indonésie, l’Irak et le Mexique dans le passé.

Le constructeur de tracteurs a été privatisé en 2002 et racheté par la société slovaque HTC Holding, qui en est toujours propriétaire.

En 2015, environ 86% de ses véhicules ont été exportés. Actuellement, le portefeuille Zetor comprend six gammes de modèles avec une puissance de 40 à 160 ch.