La Croatie ne fait pas appel à des gens talentueux
La Croatie ne fait pas appel à des gens talentueux – Pixabay

Le classement mondial des talents de la DSI classe les pays selon trois facteurs: investissement et développement, état de préparation et attractivité. Au classement général, la Croatie se situe à la 53ème place, ce qui représente une amélioration par rapport à l’année dernière où elle occupait le 54ème rang sur 63 pays.

La Croatie est la mieux positionnée en termes d’investissement et de facteur de développement (36ème place). Les avantages comprennent les dépenses publiques d’éducation par élève (pourcentage du PIB par habitant dans l’enseignement secondaire) et le ratio élèves / professeurs dans les écoles primaires et secondaires. Un inconvénient est le sous-investissement des entreprises dans la formation de leurs employés.

Le pire rang est dans le facteur d’appel. La Croatie se classe au 61ème rang pour ce qui est de retenir des talents et d’attirer des talents étrangers. L’avantage est l’indice du coût de la vie et l’inconvénient est d’attirer et de retenir les talents et de l’exode des compétences.

Un placement légèrement meilleur est dans le facteur de préparation. La Croatie se classe au 60ème rang en termes de volonté du pays de répondre à la demande du marché en main-d’œuvre qualifiée. Les diplômés des sciences naturelles sont les forces et les désavantages concernent l’accessibilité des personnes ayant des compétences financières et une expérience internationale de la haute direction.

Cultiver, attirer et fidéliser une main-d’œuvre qualifiée est essentiel pour renforcer la compétitivité et assurer la prospérité à long terme, en particulier dans le paysage dynamique actuel où l’intelligence artificielle, la robotique et d’autres nouvelles technologies redéfinissent constamment les défis auxquels devront faire face les gouvernements, les entreprises et la société en général. faire face à l’avenir.

En 2019, les petites et moyennes économies européennes sont toujours en tête du classement. Ces pays partagent tous des investissements élevés dans l’éducation et une qualité de vie supérieure. La Suisse en première position et le Danemark en deuxième position sont en tête du classement pour la septième année consécutive, suivis de la Suède, de l’Autriche et du Luxembourg. La Suède se joint au trio de tête en occupant cinq postes par rapport à l’année dernière, grâce à des améliorations telles que les dépenses publiques totales consacrées à l’éducation et à la priorisation de l’attraction et du maintien des talents dans le secteur privé. À l’exception de l’Estonie et de la Lituanie, les économies d’Europe de l’Est se situent dans la moitié inférieure du classement.