Le constructeur américain a annoncé la fermeture de six usines en Europe. En outre, 12 000 emplois disparaîtront, dont près de la moitié en Allemagne.

Ford

Le constructeur automobile Ford a annoncé la suppression de 12 000 emplois en Europe. En Allemagne, 5 400 emplois doivent être supprimés.

La réduction prévue est liée à la fermeture prévue de six ateliers de production en Russie, en France et au Royaume-Uni. Bien que les usines de Cologne et de Saarlouis ne soient pas censées être fermées, Ford souhaite réduire ses effectifs. 3 200 employés en Allemagne ont déjà quitté l’entreprise.

Le patron européen de Ford, Stuart Rowley, décrit les licenciements et les fermetures d’usines comme “la décision la plus difficile”. Dans le même temps, il a évoqué les “bonnes discussions” avec les employés afin d’atténuer les conséquences des suppressions d’emplois pour les personnes touchées. La société souhaite proposer des “programmes de licenciement volontaire”.
Ford veut encore faire des profits
La restructuration sert la “construction d’un avenir durable à long terme” pour les entreprises européennes. Les bénéfices de la société ont chuté ces dernières années. En 2018, la part de marché de la société américaine était de 6,4%. En 2004, il était encore à environ 11%.
Selon les plans, le Royaume-Uni sera à l’avenir le lieu d’implantation du secteur des véhicules commerciaux, tandis que Cologne restera le centre du secteur automobile européen. Ford veut également renforcer le secteur des véhicules électriques. D’ici fin 2020, les premières voitures électriques seront sur le marché européen.