Les investisseurs de la République tchèque et de la Slovaquie souhaitent reprendre complètement le distributeur Metro, basé à Düsseldorf. Leur holding EP Global Commerce VI GmbH, basée à Grünwald, près de Munich, a présenté une offre correspondante à tous les actionnaires de Metro AG vendredi soir.
EP Global Commerce est impliqué dans Metro depuis août 2018. A cette époque, la société encore jeune détenait 7,3% du capital de Metro One.

Metro

EP propose désormais 16,00 euros pour les actions ordinaires et 13,80 euros pour les actions privilégiées, comme annoncé par la société. Cela correspond à une prime de 34,5% sur le prix récent des actions ordinaires de Metro et à une valeur totale de toutes les actions de Metro d’environ 5,8 milliards d’euros.

EP Global Commerce appartient pour 53% à l’entrepreneur tchèque Daniel Kretinsky et pour 47% à la Slovaque Patrik Tkac. En août 2018, la société a tout d’abord racheté 7,3% des actions ordinaires de Metro au groupe familial Haniel.

EP a l’intention d’assister Metro “dans son adaptation à l’évolution de l’environnement du marché afin de permettre le succès de la stratégie de croissance future”, a-t-il déclaré.

“Il n’est pas prévu de fermer les marchés métropolitains existants en Allemagne ou d’autres marchés clés du groupe Metro ni de réduire les emplois à plus grande échelle”, a déclaré le gouvernement dans une annonce de l’offre publique d’achat. De plus, les accords d’entreprise et les conventions collectives en vigueur en Allemagne ne doivent pas être résiliés.

EP Global Commerce respecte les droits de tous les employés et est “fermement convaincue que le succès futur de Metro repose sur son haut niveau d’expertise et son engagement fort.” “Nous apprécions grandement le dévouement de tous les employés de Metro, qui ont déjà apporté des changements majeurs et accomplissent un travail remarquable en ces temps difficiles, mais ils méritent la meilleure stratégie durable et bénéficieront de la reprise et de la croissance à long terme de Metro”, a déclaré Kretinsky selon le message.

Le groupe, qui compte environ 150 000 employés, est confronté, entre autres, aux problèmes de la chaîne de supermarchés Real et à une activité difficile en Russie. Metro AG est née en 2017 de la scission du groupe Metro, tout comme Ceconomy, société holding des détaillants en électronique Media Markt et Saturn.

Selon Metro AG sur son site Web, 10,91% des actions appartenaient déjà à EP Global Commerce. Les principaux actionnaires sont donc également Franz Haniel & Cie GmbH (15,2%), la Fondation Meridian (14,19%), Beisheim Holding (6,56%) et Ceconomy (6,39%). Le flottant a donc tenu 46,76%.

Au cours du dernier trimestre, les réductions de valeur sur la filiale de supermarché Real avaient poussé le groupe de distribution à la baisse. Metro veut s’en débarrasser et parle exclusivement à un consortium avec la société immobilière hambourgeoise Redos. Mais jusqu’à présent, il n’y a pas de contrat de vente.

L’offre publique d’achat est soumise à un taux d’acceptation minimal, qui n’a pas été quantifié par EP. Cela suffirait pour garantir l’approbation d’un accord de domination et de transfert de bénéfices, a-t-il précisé. Une majorité de 75% est requise lors de l’assemblée générale annuelle de Metro. La majorité nécessaire du capital-actions sera probablement inférieure. Lors de la dernière assemblée des actionnaires, près de 80% ont voté sur les points les plus importants de l’ordre du jour.