La Bulgarie n’est pas prête pour la zone euro, selon la Commission banquaire

Les rapports de la Commission européenne et de la Banque centrale européenne ont démenti mercredi les espoirs de la Bulgarie de rejoindre la «zone d’attente» de la monnaie unique avant la fin de sa présidence.

"La loi sur la Banque nationale bulgare, la BNB, la loi sur la lutte contre la corruption et la loi sur les établissements de crédit ne respectent pas toutes les exigences d'indépendance des banques centrales"
“La loi sur la Banque nationale bulgare, la BNB, la loi sur la lutte contre la corruption et la loi sur les établissements de crédit ne respectent pas toutes les exigences d’indépendance des banques centrales”

Un rapport de la Commission européenne publié mercredi a indiqué que la Bulgarie n’était pas prête à adopter la monnaie européenne commune.

À la suite des évaluations de la compatibilité juridique du pays et du respect des critères de convergence, “la Commission considère que la Bulgarie ne remplit pas les conditions pour l’adoption de l’euro”.

Le rapport servira de base à la décision du Conseil de l’UE de laisser ou non l’État membre de l’UE adhérer à la zone euro.

Dans un rapport séparé, également publié mercredi, la Banque centrale européenne, la BCE, est arrivée à une conclusion similaire.

“La loi sur la Banque nationale bulgare, la BNB, la loi sur la lutte contre la corruption et la loi sur les établissements de crédit ne respectent pas toutes les exigences d’indépendance des banques centrales, l’interdiction du financement monétaire et l’intégration juridique dans l’Eurosystème” rapport conclu.

La Commission estime que la Bulgarie, comme tous les autres pays de la zone euro, remplit les conditions relatives aux finances publiques, au critère de stabilité des prix et au critère concernant les taux d’intérêt à long terme.

Mais les deux institutions ne recommandent pas d’inviter la Bulgarie au mécanisme de change, le MCE-II ou la «zone d’attente» de la zone euro.

La Commission note qu’il faut au moins deux ans de participation au mécanisme “sans tensions graves” avant de rejoindre la zone euro.

Les dirigeants et les commissaires européens ont envoyé des messages contradictoires sur la candidature de la Bulgarie pour faire avancer le processus d’adoption de l’euro récemment.

Après le sommet UE-Balkans occidentaux du 17 mai à Sofia, le président français Emmanuel Macron a déclaré: “La France veut voir Sofia adhérer au MCE-II, mais nous voulons aussi qu’elle rejoigne l’Union bancaire, ce qui permettrait un excellent contrôle du pays système bancaire”.

Cette opinion du président français correspond au ton du rapport de la Commission.

“Des progrès supplémentaires sont nécessaires pour remédier aux vulnérabilités qui subsistent dans le secteur financier et pour mener à bien la réforme du cadre d’insolvabilité”, a-t-il ajouté.

Il a rappelé au gouvernement les problèmes d’héritage liés à la faiblesse de la gouvernance, à la qualité des actifs et à la supervision du secteur bancaire, qu’il n’a pas encore entièrement maîtrisé.

Un manque de surveillance suffisante et fiable est apparu en 2014, lorsque la Corporate Commercial Bank a fait faillite et que deux autres grandes banques bulgares ont dû être renflouées par le prêteur en dernier ressort.

Atanas Pekanov, économiste à l’Institut autrichien de recherche économique, WIFO, a déclaré que les rapports n’étaient pas si surprenants.

“Les deux rapports de la Commission et de la BCE indiquent ce que nous savions déjà: les indicateurs quantitatifs et macroéconomiques formels présentent les évolutions de l’économie bulgare conformément aux critères de convergence. Mais l’évaluation de la qualité des institutions et de la gouvernance montre une image beaucoup plus négative, basée sur des préoccupations considérables concernant la corruption et un système judiciaire inefficace “, at-il déclaré.

Selon lui, la crise de la zone euro semble avoir conduit certains Etats membres à émettre des réserves sur les critères formels de convergence macroéconomique, et s’ils sont suffisamment robustes pour montrer qu’un pays est prêt à faire partie de la zone euro.

D’autres questions concernent la convergence économique réelle de la Bulgarie avec le reste de l’UE.

“Le rapport de la BCE contient un avertissement clair contre les attentes trop optimistes concernant la convergence des revenus réels et souligne la nécessité d’un processus de convergence réelle durable avant l’adoption de l’euro”, a déclaré M. Pekanov.

Ce qu’il a dit s’aligne sur les propos tenus mercredi par le ministre de l’Economie et des Finances, Pierre Moscovici: «L’un des principaux enseignements des deux dernières décennies est que la convergence économique réelle est aussi importante que la convergence nominale.

Il a ajouté qu’il est important que les pays souhaitant rejoindre l’euro travaillent dur pour stimuler la productivité, accroître les investissements, améliorer la situation de l’emploi et lutter contre les inégalités.

Selon l’économiste du WIFO, le rapport souligne également d’autres problèmes sur le chemin de la Bulgarie vers la convergence, au-delà des institutions mal gérées, notamment le taux de chômage élevé, les grandes disparités régionales, la fuite des cerveaux et l’exclusion sociale.

Laisser un commentaire

%d bloggers like this: