Les inégalités sont plus importantes qu’il n’y paraît. Si nous prenons en compte le salaire médian de 2017, celui-ci s’élève à 2 712MAD/mois (254€) contre les 5 120MAD/mois (480€) du salaire moyen de la même année. À l’époque, déjà, nous pouvions constater que 39% des salariés déclarés auprès de la CNSS percevaient un salaire inférieur au SMIG qui était de 2 566MAD/mois (242€) alors que l’indice des prix à la consommation a connu une hausse de 2,2%.

Plus récemment, en 2019, seuls 14% des salariés du domaine privé percevaient un salaire égal ou supérieur à 6 000MAD/mois (563€) et seulement 6,8% gagnaient plus de 10 000MAD par mois (941€). Ces salaires importants étaient ceux des individus qui travaillaient notamment dans le domaine financier, l’informatique, la communication et les assurances.

Dans le même temps, 30% des fonctionnaires affichaient un salaire mensuel compris entre 6 000 et 8 000MAD/mois. Il est important de noter qu’ils bénéficiaient en plus d’une couverture santé et étaient affiliés à un système de retraite.

Au Maroc, 79% de la population active n’est affiliée à aucun système de retraite et 75% des travailleurs ne bénéficient d’aucune couverture sociale. D’autre part, les femmes sont plus touchées par les inégalités, 45% des femmes percevaient moins que le SMIG contre 35% des hommes.