Martins-Kazaks-iecelts-LB

La croissance de l’économie mondiale et de l’économie lettone est lente, mais cela ne signifie pas qu’un déclin économique est prévu. De plus, il n’y a aucune raison de s’attendre à une crise économique aussi grave que la précédente, a déclaré le gouverneur de la Banque de Lettonie, Mārtiņš Kazāks.

«Le type de croissance que nous avions connu il y a un an ou deux ans (près de 5%) est peu probable. Si nous comparons cela aux saisons de l’année, l’été est définitivement terminé, mais cela ne signifie pas que l’hiver est sur le point de commencer! Et nous ne devons pas nous attendre à un hiver rigoureux à chaque fois. Oui, nous pouvons voir que la période de croissance la plus rapide de l’économie lettone est terminée. Cependant, l’économie continue de croître malgré tout – le rythme est plus lent, mais la croissance se poursuit! », Souligne Kazāks.

Il a également noté qu’il n’y avait pas de déséquilibre majeur dans l’économie de la Lettonie, ni de bulles de crédit comme cela avait été observé lors de la crise précédente. Cela signifie que les principaux risques pour la croissance économique de la Lettonie sont mondiaux.
«Si l’économie mondiale continue de croître, l’économie de la Lettonie suivra probablement. Mais si l’économie mondiale entre en récession – et il y aura un jour une récession – elle entraînera également la Lettonie avec elle », explique Kazāks.

«Cependant, comme je l’ai mentionné, il n’y a pas de déséquilibres majeurs en Lettonie, c’est pourquoi il n’y a aucune raison de craindre que la crise ne se dégrade aussi bien qu’en 2008 et 2009. Il n’y a tout simplement aucune raison à cela», a déclaré Kazāks.

Il a souligné que les principaux risques internes se trouvent dans le secteur financier de la Lettonie.

«Ces risques sont liés au blanchiment d’argent et aux sanctions. Nous devons faire face à ces problèmes. La bonne nouvelle est que nous pouvons gérer et résoudre ces risques. La Lettonie ne peut pas contrôler l’évolution de l’économie mondiale, nous ne pouvons que nous adapter au processus. Quant aux risques nationaux susmentionnés, dans de nombreux cas, la situation est entre nos mains. Nous devons régler ces problèmes dès que possible, alors que l’économie continue de croître », a déclaré le gouverneur de la banque centrale.

Il a également déclaré que la Lettonie ne doit pas reporter les réformes structurelles, car elles représentent le seul moyen de progresser vers le niveau de qualité de vie moyen dans l’UE.

«Il n’est pas possible d’entrer simplement dans la richesse. Actuellement, le revenu en Lettonie est légèrement supérieur à 70% du revenu moyen dans l’UE. Atteindre 100% reste l’objectif lointain de notre pays. Pour atteindre le niveau moyen de richesse de l’UE, il ne nous reste plus qu’à adopter toutes les réformes structurelles. Plus tôt nous le ferons, mieux nous serons. Cela s’applique à la fois à la réduction de l’économie grise et à l’efficacité du marché du travail et à l’augmentation des compétences, ainsi qu’aux soins de santé, à l’éducation et aux réformes territoriales. Sans réformes, nous n’atteindrons jamais le niveau moyen de richesse dans l’UE ici en Lettonie. Il faut un travail réfléchi et persistant », souligne Kazāks.

«Par exemple, il y a l’économie grise. Nous ne devons pas vivre dans l’illusion que l’économie grise peut être complètement anéantie. Il existe des secteurs de l’économie grise dans chaque pays. Mais ce que nous constatons en Lettonie, c’est que l’économie grise ralentit et dérobe les opportunités de croissance. Même les problèmes actuels du secteur financier ralentissent la croissance de la Lettonie. Nous devons faire face à ces problèmes! Nous seuls pouvons le faire et ce n’est que dans notre intérêt. Personne ne le fera pour nous. L’année écoulée dans le secteur financier prouve autant que si nécessaire, nous pouvons bien ranger », ajoute Kazāks.

Comme indiqué précédemment, la Banque de Lettonie a réduit ses perspectives de PIB pour 2019 de 2,5% à 2,3% en décembre 2019. Les perspectives de croissance économique pour 2020 ont été maintenues à 2,6%.