Employment situation in the EU, Q1 2019. Source: Eurostat, Czech Statistical Office.
Employment situation in the EU, Q1 2019. Source: Eurostat, Czech Statistical Office.

La République tchèque se situe au troisième rang derrière la Suède et l’Allemagne en ce qui concerne le pourcentage de personnes occupant un emploi dans l’UE. Dans la dernière analyse des tendances de l’emploi en Europe, onze des pays de l’UE-28 (Suède, Allemagne, Estonie, Lituanie, Lettonie, Malte, Slovénie, Portugal, Irlande et Hongrie) ont dépassé la moyenne cible de 75% fixée par l’UE au premier trimestre de l’année. 2019 et leurs propres objectifs individuels. Dans le groupe d’âge des 20 à 64 ans, 80,1% des Tchèques avaient un emploi au cours de cette période; en ce qui concerne les hommes, 87,3% étaient employés, ce qui était le plus élevé de tous les pays de l’UE.

Le tableau, classé du plus haut au plus bas, montre que les pays nordiques, y compris les pays baltes, certains pays d’Europe occidentale et la République tchèque, maintiennent toujours des taux d’emploi élevés. La Suède a le plus haut niveau d’emploi dans la même période (82,1%). Le taux d’emploi le plus bas se situe toujours en Grèce (59,6%), avec moins de la moitié des femmes en âge de travailler. En ce qui concerne les voisins immédiats de la République tchèque, l’Allemagne a 0,1% d’avance sur 80,2% et a atteint son objectif individuel. L’Autriche (avec un taux d’emploi de 75,9%) a atteint la moyenne de 75% mais n’a pas atteint son objectif individuel et en Slovaquie (73,5%) et la Pologne (72,0%), l’objectif national et la moyenne de l’UE ont été atteints.

“Le taux d’emploi moyen des hommes dans l’UE28 (78,9%) était supérieur de 11,3 points à celui des femmes (67,6%).”

Lorsque l’on examine la différence de genre, la situation est moins positive. Le taux d’emploi moyen des hommes dans l’UE28 (78,9%) était supérieur de 11,3 points à celui des femmes (67,6%). Dans tous les pays de l’UE, le taux d’emploi des hommes est à des degrés divers supérieur à celui des femmes. Le taux d’emploi des hommes en République tchèque, avec 87,3% au cours de ce trimestre, dépasse de loin tous les autres pays membres de cette catégorie. La Suède a toujours le taux d’emploi des femmes le plus élevé, qui était de 80,0% au dernier trimestre de l’année. L’emploi des femmes en République tchèque était de 72,7%; L’écart à 14,6% est nettement supérieur à la moyenne de l’UE.

Le taux de chômage moyen des 15-64 ans dans l’UE est de 6,9%. Parmi les pays de l’UE, le taux de chômage en République tchèque reste le plus bas, à 2,1%, le taux de chômage des hommes en République tchèque est de 1,9% et le taux des femmes est de 2,3%; tous deux plus bas que tout autre pays de l’UE. Dans les pays voisins, l’Allemagne se classait deuxième avec 3,4% et la Pologne, 4,0%. L’Autriche et la Slovaquie ont toutefois enregistré une performance inférieure avec 5,0% et 5,9% respectivement. Le taux de chômage le plus élevé se situe dans les pays de l’Europe du Sud, en Italie, en Espagne et en Grèce. La dernière et la moins performante de celles-ci au premier trimestre a montré un taux de chômage de 19,4%. En Grèce, 24,2% des femmes âgées de 15 à 64 ans sont capables de travailler mais sont au chômage.

«Avec la baisse annuelle du chômage total, la part des chômeurs de longue durée (un an et plus) dans le chômage total – en moyenne dans l’UE28, a également diminué de 2,6 points de pourcentage sur l’année, pour atteindre 40,7%.»

Le rapport a également pris en compte les qualifications et l’éducation, car ce sont les meilleures conditions préalables à la recherche d’un emploi. Les faibles niveaux de scolarité augmentent le chômage.

L’indicateur utilisé en termes de marché du travail est la proportion de personnes âgées de 30 à 34 ans et diplômées de l’université. Dans plus de la moitié des pays de l’UE, cette part a augmenté d’année en année. En moyenne, dans les pays de l’UE28, cette augmentation d’une année sur l’autre était de 0,9 point de pourcentage. En République tchèque, le niveau moyen requis d’éducation pour l’UE-28 fixé par la stratégie Europe 2020 (40%) a été manqué de 4,7% au premier trimestre de cette année, avec une part de 35,3%. Le niveau moyen requis d’éducation au cours de ce trimestre a été atteint dans 17 pays de l’UE.

La dernière partie du rapport a examiné les chômeurs de longue durée. Avec la baisse annuelle du chômage total, la part des chômeurs de longue durée (un an et plus) dans le chômage total – en moyenne dans l’UE28 – a également diminué de 2,6 points de pourcentage en glissement annuel, pour atteindre 40,7%. La République tchèque, bien qu’ayant enregistré une augmentation de 0,5% en un an, à 32,3%, est bien inférieure à la moyenne. Au-dessus de cette moyenne, neuf États de l’Union européenne comptent une forte proportion de chômeurs de longue durée (Grèce, Slovaquie, Italie, Bulgarie, Roumanie, Lettonie, Belgique, Slovénie et Croatie).

Dans l’ensemble, la situation de l’emploi en République tchèque est dans l’ensemble nettement meilleure que la moyenne de l’UE et se compare avantageusement à celle de ses voisins.