Avec le “Power BEV”, BMW présente un véhicule d’essai dans le contexte de #NEXTGen, qui explore la faisabilité technique de Munich en termes de propulsion électrique. Le véhicule est équipé de trois machines électroniques de la cinquième génération à entraînement électrique. Globalement, la puissance maximale du système est supérieure à 530 kW / 720 ch. Si propulsé, il peut accélérer de 0 à 100 km / h en moins de 3 secondes.

BMW-NextGen

L’objectif du développement de ce véhicule était de construire un véhicule d’essai, non seulement dynamique, mais aussi impressionnant. Comme une BMW typique, elle ne doit pas seulement être rectiligne, elle doit également procurer du plaisir dans les virages dynamiques. Ici, le développement du châssis et celui de l’entraînement ont très étroitement collaboré pour permettre des performances optimales.

Le fait que les deux moteurs électriques puissent être contrôlés séparément sur l’essieu arrière est crucial pour les qualités dynamiques du véhicule. Ainsi, une vectorisation de couple électronique peut être représentée, ce qui peut convertir autant de puissance motrice en propulsion, même avec des manœuvres de conduite très dynamiques. L’effet est plus efficace et sensible qu’avec un différentiel à glissement limité, car des interventions activement ciblées sont possibles dans toutes les situations de conduite, alors qu’un différentiel à glissement limité répond toujours à une différence de vitesse sur les roues motrices.

L’entraînement se compose de trois unités d’entraînement de la cinquième génération, dans lesquelles un moteur électrique avec l’électronique de puissance associée et la sortie sont logés dans un boîtier commun. L’un est monté sur l’essieu avant, deux sur l’essieu arrière – conçu comme une unité d’entraînement double. En plus de la performance est remarquable dans cette génération, ils se débrouillent complètement sans terres rares. Pour la première fois en série, une telle machine électronique est associée à la BMW iX3 – mais une seule par véhicule, et non trois comme dans le Power BEV.

Le véhicule d’essai Power BEV reposait sur un véhicule de série de la BMW série 5. L’intégration d’un tel système d’entraînement dans un véhicule de production est une réalisation technique essentielle, explique BMW dans un message. Ainsi, dans ce véhicule, tout l’habitacle était totalement préservé sans aucune restriction. Cela facilite clairement l’évaluation du concept de l’entraînement par rapport aux autres. Les ingénieurs ont également pu mieux analyser les possibilités offertes par deux machines électroniques contrôlables séparément sur l’essieu arrière avec vectorisation e-couple.

Cela offre la possibilité de choisir la technologie appropriée pour les futurs projets de véhicules de la série. Il est donc également possible à l’avenir de fournir au client la technologie appropriée dans chaque concept de véhicule.