Roscosmos proposera des vols orbitaux reproduisant l’itinéraire emprunté par Vostok 1 lorsqu’il est devenu le premier vaisseau spatial habité en 1961. L’agence a également signé un contrat prévoyant d’accueillir des visiteurs dans l’ISS pour la première fois depuis 2009.

5c6bc8effc7e93f07b8b457d

En plus de permettre aux autres de se glisser dans la combinaison spatiale de Youri Gagarine (perfectionnée, perfectionnée), le vol permettra de “couper le temps nécessaire à la préparation de ceux qui veulent voir notre planète de l’espace”, a twitté Dmitri Rogozine, président de Roscosmos.

Au cours de son vol, Gagarine a parcouru 108 minutes du sol au cours duquel il a effectué un tour complet de la planète avant de revenir dans l’atmosphère et de sortir de sa capsule à 7 km du sol pour descendre en parachute.

Le tweet de Rogozin a été annoncé au moment où l’agence avait annoncé séparément la signature d’un contrat avec la société américaine Space Adventures pour emmener deux astronautes «non professionnels» à la Station spatiale internationale avant 2021.

Space Adventures est la société qui a aidé à organiser huit vols spatiaux rémunérés vers la station à partir de 2001, chacun coûtant des dizaines de millions de dollars à leurs clients fortunés, dont le milliardaire de Microsoft Charles Simonyi, qui s’est rendu à deux reprises.

La réaction des annonces aux médias sociaux russophones a été mitigée: certains ont exprimé leur enthousiasme face à la simple chance de recréer le voyage spatial le plus célèbre et se sont félicités du retour de la publicité qui entourait les touristes de l’espace. D’autres ont estimé qu’il s’agissait d’une distraction lucrative liée à une véritable exploration de l’espace et symptomatique de la stagnation de l’industrie spatiale nationale.

Roscosmos soutiendra que le tourisme spatial ne se fait pas au détriment d’autres projets spatiaux, son ambitieux programme d’exploration de la lune étant sur la bonne voie, alors qu’un institut de recherche affilié à l’Etat russe s’est vanté dimanche de la mise au point de “yachts spatiaux” réutilisables qui peut amener des touristes sur l’orbite dans un délai de cinq ans.