100 000 sur la place Victoriei pour le rassemblement de la diaspora, 450 blessés suite à des affrontements avec les gendarmes

Plus de 100 000 manifestants se sont rassemblés à Bucarest vendredi, sur la place Victoriei pour le rassemblement de la diaspora. Toutes les rues autour du bâtiment du gouvernement ont été bloquées par la police. Les premiers incidents ont commencé vers 16 heures. et depuis, jusqu’à minuit, des centaines de personnes avaient besoin de soins médicaux. Des instigateurs ont mis le feu à différentes zones, en lançant des corniches et des lunettes aux gendarmes. À leur tour, les gendarmes ont répliqué par la force. Des dizaines de manifestants innocents se sont retrouvés à l’hôpital.

Les gendarmes sont entrés en force sur la place Victoriei vendredi vers 23h00, chassant les gens
Les gendarmes sont entrés en force sur la place Victoriei vendredi vers 23h00, chassant les gens

452 personnes au total ont été blessées (24 gendarmes), dont 70 ont été hospitalisées. Une nouvelle réunion de protestation est annoncée sur Facebook, pour commencer sur la place Victoriei à 18 heures. L’événement est intitulé “Nous ne partirons pas avant votre départ”.

Deux gendarmes ont été battus et leurs armes volées. Le ministre de l’Intérieur procède à des contrôles dans cette affaire. L’un des gendarmes était une femme qui a été brutalement battue par plusieurs instigateurs. La plupart des manifestants sont intervenus pour aider les deux gendarmes et ont fait un bouclier autour d’eux jusqu’à ce qu’ils emmènent les gendarmes à leurs collègues. La femme gendarme est actuellement admise à l’hôpital Floreasca de la capitale, soupçonnée de fracture cervicale.

Les gendarmes sont intervenus en force lors du rassemblement, avec des gaz lacrymogènes et des canons à eau pour disperser les manifestants devant le bâtiment du gouvernement.

Plusieurs centaines de personnes ont fui la place Victoriei lorsque les gendarmes sont entrés en vigueur et ils sont restés pour protester sur le boulevard Iancu de Hunedoara vers minuit.

Les gendarmes sont entrés en force sur la place Victoriei vendredi vers 23h00, chassant les gens, bien que des milliers de personnes protestaient encore. Les écuyers sont entrés en vigueur contre les manifestants, attaquant par des grenades lacrymogènes et utilisant le canon à eau. Les gens ont été pris par surprise et ont tenté de s’enfuir sur les boulevards à proximité. La grande majorité des manifestants étaient pacifiques, mais plusieurs instigateurs ont dérangé les eaux dès le début, à savoir ceux qui ont jeté des lunettes et des pierres sur les gendarmes.

La fille de 16 ans du sénateur de l’USR, Vlad Alexandrescu, a été blessée au cours des violences et s’est évanouie devant le musée d’Antipa en raison du gaz lacrymogène. Son père l’a vue alors qu’elle était portée par l’équipe d’évacuation sanitaire et l’a rejointe dans l’ambulance.

Parmi les manifestants à qui des grenades lacrymogènes ont été abattues, il y avait également les acteurs Marius Manole et Istvan Teglas.

Le président Iohannis demande au ministre de l’Intérieur d’expliquer la violence

Le président Klaus Iohannis a réagi à la violence lors du rassemblement sur Facebook.

“Dans une véritable démocratie, tout le monde a le droit de protester, mais la violence n’est pas acceptable, quelles que soient les options politiques. Je condamne fermement l’intervention brutale de la gendarmerie, qui a été fortement disproportionnée par rapport à la manifestation de la majorité de la population sur la place Victoriei. La tentative de vaincre la volonté du peuple par une réaction violente de la police est une solution répréhensible. Le ministre de l’Intérieur doit d’urgence expliquer la manière dont elle a géré les événements ce soir! », Lit-on dans le post du président vendredi soir.

 

Laisser un commentaire

%d bloggers like this: