Pendant trois ans d’embargo alimentaire, la Russie détruit 17 000 tonnes de vivres sanctionnées

La Russie a détruit 17 000 tonnes de produits alimentaires sanctionnés, dont 16 400 tonnes de légumes et 500 tonnes de produits pour animaux, a indiqué le service de presse de l’Agence fédérale russe de contrôle agricole.

Les produits des pays sous embargo russe ont été remplacés par des produits d'autres pays.
Les produits des pays sous embargo russe ont été remplacés par des produits d’autres pays.

Les départements de l’agence dans les régions de Bryansk, Smolensk, Tver et Pskov, situées à la frontière administrative avec la Biélorussie, déploient les efforts les plus actifs pour identifier les produits alimentaires sanctionnés.

La Russie a introduit l’embargo alimentaire contre l’UE, les États-Unis, le Canada, l’Australie, la Norvège et d’autres pays il y a trois ans, le 6 août 2014. Depuis lors, la quantité de produits alimentaires domestiques dans les magasins russes a augmenté régulièrement. la baisse constante de la part des produits alimentaires importés.

Selon l’agence de statistique russe, le nombre de produits alimentaires importés dans les magasins de détail russes au premier trimestre de 2014 a représenté 43%. Leur pourcentage a diminué à 41% en 2015, 38% en 2016 et 37% en 2017.

Les produits nationaux ont commencé à dominer les produits importés “pour la première fois depuis de nombreuses années”, a déclaré à RBC le ministre russe de l’Agriculture, Alexander Tkachev. Les envois de produits alimentaires importés vers la Fédération de Russie ont chuté à deux reprises, a-t-il ajouté.

Selon le ministère de l’Agriculture, le volume des approvisionnements en produits étrangers à la fin de 2016 s’élevait à 25 milliards de dollars, alors qu’en 2013, avant l’embargo, le nombre était beaucoup plus élevé, soit 43 milliards de dollars.

La substitution des importations a été particulièrement fructueuse dans l’industrie de la viande. La part des importations dans la consommation de porc, par exemple, a été multipliée par trois, à 8% en 2016 contre 26% en 2013 (les importations de volaille ont chuté de 2,5 fois à 5%).

En outre, les importations de légumes ont diminué à deux reprises, passant de 866 000 tonnes en 2013 à 463 000 tonnes en 2016, tandis que la collecte de légumes et de fruits domestiques a augmenté. Au cours des trois dernières années, la production de légumes de serre a augmenté de 30%.

Les produits des pays sous embargo russe ont été remplacés par des produits d’autres pays. Les approvisionnements en viande du Canada, de l’Allemagne et des États-Unis ont été remplacés par ceux de l’Inde et du Chili. La Norvège, ancien fournisseur russe de poisson, a été remplacé par les îles Féroé.

Laisser un commentaire

%d bloggers like this: