La Roumanie reste au centre des gangs de cybercriminalité

La Roumanie reste un centre de cybercriminalité en Europe de l’Est, malgré les meilleurs efforts de la police pour résoudre ces réseaux.

th

Plusieurs affaires de cybercriminalité démantelées par la police roumaine en coopération avec des forces de l’ordre internationales montrent que le pays d’Europe de l’Est est toujours une plaque tournante de la cybercriminalité.

La police italienne et roumaine a récemment démantelé un gang de cybercriminalité qui a volé 1 million d’euros à des centaines de clients de deux grandes banques européennes, a annoncé jeudi Europol.

La police a arrêté 20 suspects, neuf en Roumanie et 11 en Italie, après une enquête de deux ans.

Le groupe du crime organisé était essentiellement composé de ressortissants italiens utilisant des e-mails de phishing incarnant des autorités fiscales pour collecter les identifiants bancaires de leurs victimes et les transférer ensuite en Roumanie.

L’argent a été retiré des distributeurs de billets en Roumanie avec des cartes de crédit ou de débit liées aux comptes criminels. Europol a déclaré être également soupçonné de blanchiment de capitaux, de trafic de drogue et d’êtres humains, de prostitution et de participation à une organisation criminelle.

Une vague de dossiers de cybercriminalité très médiatisés, dont un chauffeur de taxi roumain au chômage qui s’est fait appeler «Guccifer» et piraté les courriels de l’ancien secrétaire d’Etat américain Colin Powell et de l’ancien président George W Bush en 2011, a également mis en lumière du côté sombre de l’industrie IT en pleine croissance en Roumanie.

Après que l’ambassade des États-Unis ait déclaré qu’en 2011, seuls les pirates informatiques roumains avaient volé 1 milliard de dollars aux Américains, les autorités américaines chargées de l’application des lois ont maintenu ces dernières années des contacts étroits avec les unités de cybercriminalité à Bucarest.

Un ressortissant roumain, Nicolae Popescu, est le deuxième plus recherché sur la liste de cybercriminalité du FBI, avec une récompense de 1 million de dollars pour son arrestation.

Il a échappé à l’arrestation en 2010, avant que la police roumaine ne puisse produire un mandat. Popescu a été impliqué avec environ 250 Roumains dans l’affaire de la “Vallée des Rois”, le plus gros groupe de cybercriminalité du pays; Les auteurs auraient volé 750 000 euros en simulant des ventes aux enchères sur e-Bay.

Le FBI a mis Popescu sur la liste des personnes recherchées en 2012 après avoir mis en place un programme similaire qui aurait vendu de nombreux produits contrefaits à divers Américains.

En février 2017, la cour d’appel de Roumanie a décidé d’extrader deux Roumains aux États-Unis, qui auraient piraté 123 caméras de surveillance en extérieur du Département de police de Washington juste avant l’investiture du président américain Donald Trump. Ils ont exigé une rançon pour débloquer les ordinateurs bloqués.

Mihail Isvanca, 25 ans, et Eveline Cismaru, 28 ans, ont été arrêtés en décembre 2017. Ils ont été accusés de fraude et de délits informatiques par un tribunal fédéral américain.

L’affaire a été hautement prioritaire, car les actions des deux Roumains ont eu un impact sur la mission des services secrets américains et pourraient avoir affecté le plan de sécurité pour l’investiture du président.

De plus, en décembre 2017, la police roumaine a arrêté cinq suspects pour avoir prétendument répandu des ransomwares et loué le malware à une tenue sur le Dark Web.

Selon Europol, la police roumaine a travaillé avec des homologues néerlandais et des bureaux de procureurs, ainsi qu’avec des organismes chargés de l’application de la loi au Royaume-Uni et aux États-Unis.

Europol affirme qu’au début de 2017, le groupe néerlandais de haute technologie a dénoncé les autorités roumaines à propos d’un groupe de ressortissants roumains derrière une vague de spam qui prétendait provenir de sociétés bien connues dans des pays tels que l’Italie, les Pays-Bas et le Royaume-Uni. .

Europol indique que l’opération a identifié plus de 170 victimes de plusieurs pays européens.

Selon des études, avec la cinquième vitesse Internet la plus rapide du monde, la Roumanie est l’un des pays de l’UE les plus vulnérables à la cybercriminalité.

En septembre 2017, elle s’est classée troisième après Malte et la Grèce dans un indice de vulnérabilité publié par Website Builder Expert, WBE.

Cependant, les autorités roumaines ont mis au point des unités de lutte contre la cybercriminalité qui coopèrent bien dans les affaires internationales.

La police roumaine a coopéré dans une affaire menée par Europol pour disperser un syndicat de cybercriminels composé de citoyens ukrainiens et russes qui auraient volé plus d’un milliard d’euros sur des comptes bancaires sur cinq ans.

Depuis 2014, la Roumanie a également dirigé une unité de défense de la cybercriminalité de l’OTAN qui lutte contre les cyber-attaques en provenance de Russie en Ukraine.

Laisser un commentaire

%d bloggers like this: