L’Ukraine cherche à gagner son indépendance énergétique face à la Russie, grâce aux énergies renouvelables

L’Ukraine dépend fortement du gaz russe, et depuis 2014 et les sanctions internationales, l’Ukraine cherche à obtenir son indépendant énergétique à travers les énergies renouvelables.

La guerre de Crimée entre l’Ukraine à la Russie amène des prix supérieurs sur les énergies.

Le gaz :le nerf de la guerre

L’Ukraine n’a plus importé de gaz de Russie depuis deux ans et demi, cependant le gaz importé d’autres pays transite à travers la Russie par les tuyaux de Gazprom, créant évidemment une dépendance des réseaux russes.

La construction de tuyaux sous marins, à travers la mer Baltique, pour alimenter l’Allemagne, soulève des questions concernant la continuité commerciale entre l’Ukraine et la Russie. L’Allemagne ayant dénoncé les conditions des droits de l’homme en Russie, se sert à présent largement du gaz Russe, et laissant l’Ukraine dans une impasse, étant donné que ce pays ne fait pas partie de l’UE.

La solution est simple pour éviter toute rupture d’approvisionnement de gaz : se lancer dans les énergies renouvelables. Actuellement, ce taux est extrêmement bas avec 1,2% de l’énergie ukrainienne en renouvelables. Cependant, le marché ne peut que grandir.

En Ukraine, on parle déjà de révolution énergétique pour des plans d’investissement importants.

L’énergie ukrainienne est actuellement produite essentiellement à travers les énergies fossiles, ou le nucléaire. Actuellement, le charbon et le gaz représente 92% de la consommation.

92% de la production d'énergie en Ukraine provient des énergies fossiles
92% de la production d’énergie en Ukraine provient des énergies fossiles

Investissements et choix structurel

Selon le conseil d’investissement national ukrainien, 550 millions de dollars ont été investi depuis 2014 dans les énergies renouvelables.

Ce montant est très faible au regard des pays voisin, comme par exemple la Hongrie qui a investi 649 millions de dollars seulement sur la période 2017.

Le secteur du renouvelable, en Ukraine, a triplé entre 2012 et 2017 – la tendance reste donc extrêmement positive. Les affaires du renouvelable intéressent les investisseurs ukrainiens, un secteur plutôt propre en terme de gestion et faible concernant la corruption, avec de forts potentiels.

 

De plus, les tarifs fixés par l’Etat, depuis 2009, sont supérieurs aux autres énergies, pour favoriser le renouvelable et inciter les investissements. Il est possible que les énergies renouvelables deviendront compétitives et moins chères que les autres énergies. La projection est de passer la consommation d’énergie en Ukraine à hauteur de 90%, mais sans indiquer de date.

L’éolien et le solaire

Le sud de l’Ukraine est propice pour l’éolien, avec des vents constants et forts. L’éolien représente 47% de la production des énergies renouvelables en Ukraine en 2017, avec 970 millions kWh produit. La compagnie DTEK est actuellement majoritaire sur ce marché.

Botievo Wind Farm à Zaporizhzhya Oblast produit jusqu’à 200 mW, en projection de doubler la capacité dans les prochaines années pour répondre à la demande. En 2019, 150 millions de dollars seront investis.

 

L’énergie solaire en Ukraine représente 35% du marché du renouvelable, pour 710 millions de kWh. La compagnie UDP souhaite établir un champ de production solaire de 58 mW à Kyiv Oblast, puis de 100 mW en 2019. Une autre compagnie étrangère TIU Canada, canadienne, produit 10 mW à Dnipropetrovsk Oblast.

 

La tarification fixe décidée par l’Etat devrait être soumise aux prix du marché

A partir du 1er juillet 2019, il pourrait être décidé que les tarifs des énergies renouvelables soient décidés par les marchés, et non plus soutenus par des tarifs fixes réglementés par l’Etat.

Ce changement de réglementation fiscale risque de peser lourd sur la balance pour les investisseurs, et rendre les affaires plus difficiles. Au fur à mesure des instabilités politiques, le marché des énergies peut lui aussi changer aussi rapidement, et les investisseurs aiment avoir de la stabilité fiscale.

le risque principal est de retarder de 10 ans le développement du renouvelable, si les tarifs seraient soumis à la concurrence, et atteindre une meilleure compétitivité de la production de l’énergie renouvelable.

Les banques ukrainiennes sont frileuses sur les investissements à long terme, et peineront dans ce cas, à accorder des financements pour ce type de projet trop instable et rentable sur le long terme. Restera alors la Banque Européenne pour financer ce type d’initiative, avec cependant des termes à définir pour un pays hors de l’UE.

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

%d bloggers like this: