La Pologne souhaite améliorer sa production alimentaire à partir de 2021, et en finir avec les produits industriels de piètre qualité

A partir de 2021, la Pologne va introduire de nouvelles règles concernant les produits alimentaires pour garantir une meilleur qualité et améliorer la production, au regard des réformes de l’UE et les modes de production agricoles à repenser.

Les représentants polonais à l'UE souhaite changer l'orientation agricole de leur pays
Les représentants polonais à l’UE souhaite changer l’orientation agricole de leur pays

L’Union Européenne donne de nouvelles tendances pour la production agricole

Trop longtemps la Pologne a été connu pour des produits alimentaires de faibles coûts et de piètre qualité, inondant ses pays voisins. Un produit polonais est perçus par nature de production industrielle, avec des excès de médicaments, une production contre le respect des animaux, et loin des labels ou tendance biologique de l’Europe de l’Ouest.

Pour protéger aussi le marché intérieur européen, l’UE voudra imposer les mêmes normes de production pour les pays exportant dans l’UE. La question est de savoir comment l’UE pourra en pratique contrôler la production agricole des pays hors EU, lorsque plusieurs scandales alimentaires ont émergé au sein de l’UE (viande de cheval roumaine transformé en appellation bœuf).

Une réforme dans la pratique agricole

Les changements prendront place directement au sein des fermes, dans le processus de transformation alimentaire, les vendeurs et distributeurs, au moins avec des contrôles une fois par an.

Avec ces nouvelles règles, les petits producteurs auront la possibilité d’appliquer des labels, les aidant à obtenir un certificat de qualité, et donc d’améliorer leurs ventes et monter en gamme.

Czesław Siekierski est un politicien polonais défendant les intérêts agricoles de la Pologne au Parlement Européen. Un système cohérent doit être mis en place pour éviter les abus et tricheries dans les appellations, et arrêter une production industrielle sans futur, dans une Europe en sur-production alimentaire, où les prix sont donc tirés vers le bas et producteurs ne peuvent faire face aux coûts avec des revenus négatifs.

Le marché alimentaire polonais pèse 900 millions de zloty, soit environ 213 milliards d’euros, avec une augmentation en valeur de 20% par an.

Laisser un commentaire

%d bloggers like this: