Il n’existe pas, à ce jour du moins, de lois sur la nudité en public en Espagne. En fait, cela n’était pas nécessaire en raison de la profonde pudeur et de la grande religiosité du peuple espagnol, la société ayant des siècles durant censuré les comportements anormaux ou indélicats. Mais les temps ont changé… !

43 % de la production d’huile d’olive du monde se fait en Espagne. Elle est le plus souvent dite « extra vierge » et extraite par pression à froid. Elle inonde les supermarchés français, alors que la Provence recèle d’oliviers. En la matière, le principal concurrent du pays est l’Italie. Valence est clairement, en Espagne, la capitale fortifiée et la forteresse de l’olive.

De 2008 à 2013, l’équipe de football nationale espagnole a été nommée Équipe FIFA de l’année. Le football est une grande passion populaire en Espagne. Il est pratiqué comme nos Toulousains jouent au rugby. Les joueurs espagnols ont généralement la réputation d’être peu physiques mais de jouir d’une très haute technicité, qu’ils s’efforcent de perfectionner toujours davantage.

Mais l’Espagne a remporté sa première coupe du monde de football FIFA en l’an 2010 seulement. Il faut dire que la concurrence est rude et qu’il n’est pas toujours évident de se débrouiller avec succès dans un tel tohu-bohu !
La « petite » souris est dénommée « Ratoncito Pérez » en Espagne.

Breaks, temps libre et autres siestes font partie de la culture espagnole. Dans toute petite ville espagnole, dès qu’il fait chaud du moins, il n’est pas rare que tous les commerces soient fermés jusqu’à 15 h voire 16 h. Puis, une fois la chaleur de la journée retombée, c’est l’heure du paseo : à partir de 17 h en mi-saison, ou 18 voire 19 et 20 h au plus fort de l’été, les habitants quittent l’ombre de leurs chaumières pour prendre un bon bol d’air frais !

L’Espagne était la troisième destination touristique la plus populaire du monde en 2013 (après la France et les États-Unis). Elle plaît aux voyageurs et sait les fidéliser. La présence touristique germanique est, à titre d’exemple, extrêmement forte sur la côte de la Catalogne.

Don Quichotte, le fameux chef-d’œuvre écrit par l’auteur espagnol Miguel de Cervantes en 1605, a été élu « livre le plus significatif de tous les temps » en 2002 par un panel de 100 auteurs. Les historiens de la langue latine espagnol et, plus largement, de la littérature le tiennent pour le premier roman moderne du continent européen.

Traditionnellement, vous avez deux noms de famille en Espagne : le premier est le nom de votre père (patronyme) et le second celui de votre mère (en réalité : du père de votre mère). Les patronymes pouvant fortement se ressembler (« Vicente », « Martín », « Martinez », etc.), cela permet de bien différencier les foyers. En outre, si l’époux et l’épouse ont pour premier patronyme un seul et même nom, leurs enfants porteront deux fois le même nom de famille, avec simplement une conjonction de coordination « y » entre ! Exemple : « Andres y Andres ».

Les Espagnols célèbrent le Nouvel An en mangeant un grain de raisin avec leur famille pour chaque son de cloche. Certaines superstitions prétendent que s’habiller avec des sous-vêtements rouges serait gage de bonheur pour l’année à venir…


La plume d’oie est probablement originaire d’Espagne, il y a environ 1 400 ans. Décuplez donc vos compétences linguistiques en écrivant certains mots et autres consonnes à la main !

Les Espagnols ont souvent recours à des gestes (comme les Italiens) pour appuyer leur propos. On dit aussi qu’ils parlent très fort ! Dès qu’il en arrive dans un restaurant à l’étranger… on ne s’entend plus ! Les Hispaniques ont de plus un sens de l’honneur – le pundonor – particulièrement marqué.

Il y a moins de mariages en Espagne que dans tous les autres pays de l’ UE , sauf la Suède. La récente crise financière et économique mondiale, particulièrement sensible dans la péninsule Ibérique, n’a pas arrangé les choses. En outre, la fécondité des femmes espagnoles est aujourd’hui très faible, ce qui explique un recours accru à l’immigration, marocaine notamment. Le non-renouvellement naturel de la population locale est un fait général en Europe, et plus encore dans l’Europe du Sud.

Le taux de divorce en Espagne est de 17 %, ce qui est relativement faible par rapport à plus de 50 % aux États-Unis. On peut y deviner une prégnance de la civilisation catholique, mais malheureusement les divorces sont d’année en année de plus en plus nombreux, comme dans tous les pays occidentaux !

Madrid se trouve dans le centre physique du pays et sa place Puerta del Sol est le centre exact du pays. Il était donc logique d’en faire la capitale de l’Espagne dès lors que la cour royale ne se déplaçait plus de cité en cité. La ville se trouve au centre d’un vaste plateau peu fertile. Un proverbe local, qui fustige le climat madrilène, dit : « Neuf mois d’hiver, trois mois d’enfer ». En effet, le temps étant continental, l’hiver peut s’avérer rude et le soleil estival sans pitié. Madrid abrite les plus grandes arènes d’Espagne (les plus importantes de la planète se trouvent à Mexico) : Las Ventas. Les fêtes de la San Isidro, avec une corrida torista par jour, dure un mois au printemps. Il y a une seconde feria, plus courte, pour l’automne, fin septembre et début octobre. En bref, quand la météo est – sauf exception – à la fois clément et agréable… Madrid est avec Barcelone le phare économique de l’Espagne. Ce sont également les deux agglomérations qui accueillent le plus de travailleurs français expatriés.

L’ Espagne a le deuxième plus grand nombre de bars par habitant. Le soir, les Espagnols (de tous les âges) aiment beaucoup se retrouver dans les bars/ restaurants de quartier. C’est un moment de convivialité où l’on boit du bon vin tinto en grignotant des tapas entre voisins ou amis. À moins d’avoir trop bu, normalement on reste debout tout au long de ces soirées conviviales. Traditionnellement, ce sont surtout les hommes qui sortent de la sorte…

En Espagne, on peut souvent jeter ses déchets à même sol dans les bars et restaurants. Eh oui, les salariés et tenanciers de ces derniers ne sont pas employés pour rester à ne rien faire ! Cependant, comme cette pratique choque certains touristes et n’est plus dans l’ADN des nouvelles générations, elle tend à se raréfier et disparaîtra probablement un jour ou l’autre.