Le tribunal électoral de la Bolivie a déclaré mardi qu’il était parvenu à un accord avec les partis politiques du pays pour organiser des élections générales retardées par la pandémie de coronavirus avant le 6 septembre, une étape clé pour apporter la stabilité politique à la nation enclavée.

L’élection est la répétition d’un vote controversé à la fin de l’année dernière qui a provoqué des manifestations à l’échelle nationale et conduit à la démission du leader de gauche de longue date Evo Morales. Le nouveau scrutin était initialement prévu pour mai.