La Hongrie doit se préparer à une deuxième vague potentielle de cas de coronavirus en octobre et novembre après un ralentissement probable du taux d’infection de l’épidémie au cours de l’été, a déclaré vendredi le Premier ministre à la radio d’Etat.

Viktor Orban a également déclaré que les restrictions de mouvement à Budapest et dans les environs, où 80% des décès par coronavirus du pays ont été enregistrés, ne seraient pas assouplies tant que le taux de mortalité n’aura pas baissé dans cette région.

À partir de lundi, la Hongrie lèvera quelques barrières dans la campagne, où les magasins et les terrasses de restaurants seront autorisés à rouvrir alors que le gouvernement tente de remettre l’économie en difficulté.

“Le virus n’a pas disparu, nous n’avons gagné que du temps”, a déclaré Orban à la radio d’État. “Nous devons nous préparer à une deuxième vague (de l’épidémie) en octobre-novembre.”

Vendredi dernier, la Hongrie avait signalé 2 863 cas de COVID-19 et 323 décès.

Orban a déclaré que l’accent était mis sur la création d’autant d’emplois dans le pays que ceux qui avaient été détruits par les retombées économiques de l’épidémie de virus.

Il a déclaré que son gouvernement offrirait une formation rémunérée et élargirait le programme de travaux publics. L’armée était également en phase de recrutement.

Une levée progressive des restrictions est la stratégie du gouvernement pour éviter des dommages plus durables à l’économie, qui devrait diminuer d’environ 4% cette année, selon une enquête de Reuters. Il a augmenté de 4,9% l’an dernier.