La Russie a un problème de vaccination

Les problèmes n’ont commencé que lorsque le fils d’Anastasia Dvoretskaya en a eu un.

b0254818ee654d2493ddd491a87f88df (1)

Avant, dit-elle, il avait été un enfant en bonne santé. Puis, au cours de sa deuxième année, il a eu une toux persistante, des infections récurrentes de la gorge et la grippe.

Jusque-là, Dvoretskaya, 30 ans, avait vacciné son fils comme prévu. Mais après avoir parlé à d’autres parents et effectué des recherches en ligne, l’architecte, qui vit juste à l’extérieur de Moscou, a décidé de s’arrêter.

“Maintenant, il est redevenu un enfant en bonne santé”, a déclaré Dvoretskaya. «Et mon plus jeune fils» – qui n’a jamais été vacciné – «n’a jamais été vraiment malade.

Comme dans la plupart des familles russes, Dvoretskaya, en tant que mère, prend les décisions en ce qui concerne ses enfants. Et comme un nombre impressionnant de mères russes, Dvoretskaya doute que des vaccins soient nécessaires.

En 2017, le Centre fédéral d’hygiène et d’épidémiologie aurait déterminé que 48,7% des enfants russes nés en 2016 n’avaient pas été vaccinés de manière exhaustive et dans les délais prescrits par les médecins.

En conséquence, les experts médicaux russes affirment que le pays lutte pour maintenir sa soi-disant immunité de troupeau – le pourcentage seuil de la population qui doit être immunisée pour lutter contre une maladie, généralement considérée entre 92 et 95% – pour les maladies comme la diphtérie et la rougeole, entre autres.

Ce dernier, par exemple, fait un retour en force: depuis le début de l’année, la Russie a été multipliée par 13, suivant une tendance observée en Europe et aux États-Unis. En août, l’Organisation mondiale de la santé a distingué la Russie aux côtés de six autres pays européens pour avoir plus de 1 000 cas.

Cet état de fait retient l’attention du Kremlin. En mars, le président Vladimir Poutine a déclaré à la télévision nationale qu’il envisageait de prendre des mesures car “il est devenu tendance de ne pas vacciner vos enfants”.

En Occident, le retour de maladies comme la rougeole a été attribué aux mouvements populistes récents, qui ont érodé la confiance en l’autorité, et, plus récemment, aux trolls russes, qui ont répandu des informations erronées au service d’électeurs diviseurs.

Originally posted 2018-10-07 16:33:55.

Laisser un commentaire

%d bloggers like this: