Roumanie Pollution

La concentration de particules de diamètre inférieur à 10 (PM10) et respectivement à 2,5 micromètres (PM2,5), qui mesure la qualité de l’air dans une ville, atteint souvent sept à neuf fois les niveaux maximaux acceptés par la loi en Roumanie Selon la société d’électronique grand public Philips, Bucarest, la capitale, qui a installé 15 stations de mesure à Bucarest et à Ploiesti, a fait savoir Wall-street.ro.

En règle générale, la qualité de l’air a tendance à se dégrader pendant les journées les plus froides.

Le premier réseau indépendant de surveillance de la qualité de l’air en Roumanie est devenu opérationnel le 1er octobre 2018. Il surveille en permanence les émissions de particules, les PM 10, les PM 2,5 et les PM1.

Le 2 décembre, le capteur situé sur le boulevard Barbu Vacarescu à Bucarest a enregistré un niveau de 373,3 μg / m³ à 20h00 pour PM 10, plus de sept fois le maximum autorisé par la loi. Le 2 décembre, le même capteur a enregistré une concentration de PM 2,5 de 231,08 μg / m³ à 20h00, soit plus de neuf fois la limite maximale légale.

Selon les recommandations de l’Organisation mondiale de la santé, il est recommandé de ne pas dépasser 50 μg / m3 et 25 μg / m3 pour les moyennes de PM10 et PM2,5 par heure en moyenne (les moyennes annuelles acceptées sont inférieures).