Allemagne : racisme anti-musulman, rien ne se passe

La nouvelle droite dirige leur haine, en particulier sur les musulmans – et frappe ainsi un nerf au milieu de la société. Une personne sur deux se sent “aliénée” à cause de la minorité. Pourquoi ne fait rien contre cela?

Racisme anti-musulman Rien ne se passe
Racisme anti-musulman Rien ne se passe

Il y a dix ans, Marwa al-Shirbini a été assassinée. Si vous vous demandez, “Marwa, qui?”, Vous êtes en bonne compagnie. Depuis des semaines, je demande aux personnes de mon entourage si elles connaissent le nom. La plupart des haussement d’épaules. Le meurtre est unique dans l’histoire de la République fédérale. Le client local triste:

Le 1er juillet 2009, une femme enceinte a été poignardée dans la salle d’audience à Dresde. Lors d’une négociation. Avec 16 blessures au couteau. Elle est morte aux yeux de son fils de trois ans et de son mari qui lui sont venus en aide. Et maintenant ça vient: quand une police armée a fait irruption dans le hall pour mettre fin au bain de sang, il a tiré accidentellement sur le mari de Schirbini, parce qu’il pensait probablement qu’il était le coupable. La conclusion: la pharmacienne Marwa al-Shirbini et son enfant à naître meurent sur le coup. Le mari gravement blessé, alors étudiant au doctorat à l’Institut Max Planck, est conduit à l’hôpital. Le fils est traumatisé.

Mais ce n’est pas tout: le mobile de l’assassin était la haine des musulmans – mais au début, cela n’a pas été rapporté. Au début, on disait: “Un témoin tué au tribunal à la suite d’un différend sur le swing”. Lorsque Marwa al-Shirbini a été brutalement massacrée, elle a comparu devant le tribunal pour avoir dénoncé son assassin. Il l’avait insultée dans une cour de récréation de Dresde en tant que “islamiste” et “terroriste”. Le titre titrait: “Un témoin tué par des extrémistes islamophobes de droite”. Au lieu de cela, on dit parfois qu’elle devait mourir “parce qu’elle portait un foulard”.

Avec le sentiment anti-musulman, nous avons les tomates sur les yeux. De nombreux rapports de crime citent souvent le motif trop tard. Il y a quelques mois, deux femmes musulmanes à Berlin auraient été insultées et agressées par un homme. Selon l’une des deux femmes qui était enceinte, il aurait reçu un coup de poing dans le ventre. Le titre du rapport de police: “Les différends se sont intensifiés”. Le Tagesspiegel: “L’homme bat la femme enceinte à l’estomac”. Une description correcte du crime, pas de question – mais aussi un sujet trompeur dans le titre.

Même après la mort de Marwa al-Shirbini, l’Islam n’était pas la question centrale, il s’agissait uniquement de contrôler les armes devant les tribunaux. En général, les gens ne voulaient pas vraiment comprendre ce que toute cette histoire avait à voir avec l’Allemagne. Après tout, les victimes égyptiennes étaient en formation et les auteurs d’un “rapatriement tardif sans emploi” et d’un “allemand russe”, d’accord? Le procureur en chef a ordonné le tout en 2009 en tant qu ‘”acte xénophobe d’un individu fanatique”. Selon la devise: Courez stupide, mais pas d’excitation.

Mais il y a de quoi être excité. Même dix ans plus tard. Marwa al-Shirbini a dû mourir parce que les musulmans et leur religion sont constamment déclarés être un problème en Allemagne. Et parce que certains extrémistes de droite pensent qu’ils doivent prendre la solution entre leurs mains. La protection de la constitution confirme également: La tendance va au “Musel” -Has. Selon le dernier rapport, nos services de renseignement connaissent 24 100 passionnés de sport ultra-droit qui travaillent assidûment et sans rien faire sur les “étrangers”, en particulier les demandeurs d’asile et les musulmans. Le sujet favori intemporel des Hitler-Romantics: l’aliénation.

Traitement toxique de “l’Islam”

Si l’on suit le débat sur la migration islamisée en Allemagne, la paranoïa est en réalité compréhensible. Périodiquement, il s’agit du foulard, de la burqa, de la construction de mosquées, du mariage forcé, des polygones, de la terreur ou des crimes de clan. Nos relations avec “l’Islam” sont toxiques. Particulièrement impressionnant: le Surenschlachten sans divertissement sur Internet, qui devrait prouver pourquoi le rejet généralisé d’une religion du monde entier est légitime. Parfois, je pense que nos ressortissants de droite sont tellement fixés par le Coran qu’ils n’ont pas le temps de lire la Bible.

La mauvaise chose est que cette anti-attitude est de plus en plus comprise comme un point de vue normal. Pouvez-vous imaginer des journalistes qualifiant un groupe appelé “Européens patriotes contre la judaïsation de l’Occident” de “mouvement critique du judaïsme” et les invitant à des talk-shows? Non? Moi non plus. Mais avec “l’Islam”, c’est ce que prouvent les “Européens patriotes contre l’islamisation de l’Occident” de 2015.

Près de 56% des personnes interrogées dans le cadre d’une étude représentative étaient d’accord avec la phrase suivante: “Grâce aux nombreux musulmans que nous avons ici, je me sens parfois étrangère à mon pays.” En d’autres termes, la thèse de “l’islamisation” atteint le centre de la société. Et cela a une longue tradition, comme le décrit le scientifique Ozan Zakariya Keskinkiliç dans son nouveau livre “Le débat sur l’islam appartient à l’Allemagne”. Par exemple, au début du 20e siècle, lors des congrès coloniaux allemands à Berlin, le danger de l’islamisation était déjà prévenu.

Rien ne se passe

Je reçois parfois des lettres de lecteurs qui ressemblent à ceci: “Critiquer les musulmans ne peut être du racisme parce que les musulmans ne sont pas” raciaux “, ils minimisent donc les atrocités nazies.” Point intéressant. Qui était l’ennemi numéro un des nazis? A cette époque, “les Juifs” étaient considérés comme la chute de l’Occident allemand – grâce, patrie.

Alors ne parlons pas de ça: nous avons un problème concret avec le racisme anti-musulman. Seulement ça arrive: rien.

Eh bien, cela nous a pris près de 70 ans avant que nous ayons finalement créé le bureau d’un agent de l’antisémitisme au niveau fédéral – en Allemagne. Les musulmans musulmans devront donc probablement attendre encore quelques siècles avant que des conséquences politiques ne se produisent.

Laisser un commentaire

%d bloggers like this: