L’office tchèque des télécommunications (ČTÚ) devrait commencer à tester le réseau 5G en septembre et prévoit de mettre aux enchères des fréquences de 700 MHz au second semestre 2019, dans l’espoir d’attaquer un quatrième opérateur mobile pour réduire la concurrence. qui paient plus en moyenne que les autres Européens. En attendant, un seul militant pour un accès illimité aux données mène une bataille quotidienne via les médias sociaux, en utilisant l’humour comme arme.

Le vice-ministre de l’Industrie, Ondřej Malý, parmi d’autres critiques, a déclaré que les opérateurs de téléphonie mobile existants se contentaient de construire une "République tchèque numérique"
Le vice-ministre de l’Industrie, Ondřej Malý, parmi d’autres critiques, a déclaré que les opérateurs de téléphonie mobile existants se contentaient de construire une “République tchèque numérique”

Les données mobiles sont plus chères en République tchèque que dans la plupart des autres pays de l’UE, en raison d’un manque de concurrence réelle, selon les critiques. Le bureau des télécoms, ČTÚ, recherche activement un quatrième opérateur de téléphonie mobile pour remédier à la situation et demandera aux trois opérateurs historiques – T-Mobile, O2 Czech Republic et Vodafone – de louer des infrastructures pour un certain temps à un nouvel opérateur. le terrain de jeu.

En attendant, l’accès des clients tchèques à des données illimitées est, au mieux, limité. O2, par exemple, a été critiqué pour avoir réduit la vitesse de transfert de 97% après avoir atteint un certain seuil. Les opérateurs ne souhaitent pas offrir des tarifs de données réellement illimités, en partie grâce à la qualité du réseau optique.

Les revenus d’une vente aux enchères 5G pourraient être investis dans cette infrastructure. Jiří Grund, directeur de l’Association des opérateurs de réseaux mobiles, a déclaré qu’un tel investissement était indispensable en raison de la qualité du réseau optique.

«Il existe des pays européens où le réseau de base optique est bien meilleur et permet, par exemple, de regarder du football en haute définition, et il est possible de rationaliser le réseau optique. En République tchèque la semaine dernière, le ministère de l’industrie et du commerce a décidé de réduire de moitié les subventions prévues de 14 milliards de dollars pour la construction de réseaux optiques, de l’utiliser pour d’autres projets, parce que il.”

Le vice-ministre de l’Industrie, Ondřej Malý, parmi d’autres critiques, a déclaré que les opérateurs de téléphonie mobile existants se contentaient de construire une “République tchèque numérique”, alors que Tomáš Budník serait vraiment aider l’économie numérique à se développer.

Budník soutient que tout le monde peut trouver un service qui fournit suffisamment de données à un prix qu’il est prêt à payer. Toutefois, selon M. Grund, l’infrastructure des villes et des villages, par exemple – où les revenus moyens sont inférieurs – est particulièrement problématique et nécessite un financement public. Dans de tels cas, la main libre du marché ne va pas offrir un bien public.

Ce fait est motivé par le cas d’un défenseur infatigable et unique des données, Jakub Strouhal, qui reçoit un traitement de longue durée pour un trouble musculaire dans un hôpital de Prague sans accès à Internet.

M. Strouhal appelle les opérateurs sur une base quotidienne et, sous le hashtag #jsemneomezenej – “Je ne suis pas limité” – rassemble les autres sur sa cause via des publications humoristiques sur les réseaux sociaux, à des tarifs de quelques gigaoctets de données, le double du prix illimité les coûts de service, par exemple, en Pologne voisine.