Macron avant les élections européennes

Poussé, irrité, dangereux
Le président français Emmanuel Macron doit craindre que les populistes de droite soient la plus grande force des élections européennes. Cela a également des conséquences sur sa vision de Berlin et ses relations avec le chancelier fédéral.

National tribute for soldiers who were killed last week in a mission to recover hostages in Burkina Faso, in Paris
French President Emmanuel Macron attends a national tribute for late special forces soldiers Cedric de Pierrepont and Alain Bertoncello, who were killed in a night-time rescue of four foreign hostages including two French citizens in Burkina Faso, at the Invalides in Paris, France May 14, 2019. REUTERS/Philippe Wojazer/Pool

Emmanuel Macron joue dans son rôle préféré mardi matin aux Invalides à Paris: en tant que commandant en chef des Français. Le président rend hommage à deux soldats d’élite français tués lors d’une libération d’otages au Burkina Faso, en Afrique, il y a quelques jours. “Une vie donnée n’est pas perdue, les peuples libres ne brouillent jamais les noms de leurs héros”, dit-il.

À l’exception d’un drapeau européen à peine visible, tous les symboles de la cérémonie funèbre des soldats sont des symboles nationaux. Même Macron a déclaré ce matin, en pleine campagne électorale européenne, qu’aucun mot sur l’Europe n’était une coïncidence. Il sait combien de crédibilité il a perdu sur ce terrain. Il sait qu’il doit marquer des points avec d’autres sujets d’une autre manière.

Il y a seulement deux ans, il a mené sa campagne présidentielle française sous les drapeaux européens – et a remporté la victoire. Mais ensuite sont venues les défaites dans le différend sur la réforme avec la chancelière Angela Merkel. Ensuite, personne, encore moins les Allemands, n’ont voulu adopter ses propositions de réforme pour l’Europe. À peine un Français s’est échappé. Et Macron, d’autant plus désespéré, mène maintenant la campagne électorale européenne – avec des cérémonies militaires, si cela doit être.

La confiance disparaît – en soi, comme chez les voisins

“Le fossé entre les Etats-Unis et l’Europe se creuse et de plus en plus de trous se creusent entre Berlin et Paris”, a déclaré Dominique Moisi, consultant et cofondateur de l’Institut français des relations internationales (IFRI), SPIEGEL. Moisi considère cela comme un “problème actuellement urgent: le manque de confiance” dans les gouvernements de Paris et de Berlin, “en soi et dans les autres”.

Macron craint que ce ne soit un secret pour personne que, lors des élections européennes de dix jours, il ne sera devancé que par les populistes de droite de Marine Le Pen. Les préoccupations de Merkel sont toutefois différentes: “Elle pense à son héritage en Europe, qui est de plus en plus menacé”, estime Moisi. Ainsi, les deux pays manquent de confiance en eux-mêmes, mais également de confiance envers leurs voisins: lors de la campagne électorale européenne, ils se sont finalement fait concurrence, pour différents camps de partis, Macron pour les libéraux, Merkel pour les conservateurs. “La conséquence logique est un retour de la rivalité classique entre Paris et Berlin”, explique Moisi.

Au lieu de partenaires, ils agissent comme des concurrents

Cela s’est produit lors du récent sommet extraordinaire de l’UE en Roumanie, où Macron a lancé une initiative sur le climat avec les chefs de gouvernement des pays du Benelux et des pays scandinaves, sans emmener Merkel avec eux. “Ce fut une revanche française sur le soutien que Berlin a accordé à la Ligue hanséatique ces dernières années”, analyse Sébastian Maillard, directeur de l’Institut de politique européenne Paris Jacques Delors.

Maillard fait allusion à l’alliance berlinoise souvent tacite avec les Pays-Bas et les États baltes de l’Union européenne, alors qu’il était question de dépassement des dépenses sociales en Europe. L’Allemagne et les autres étaient unis dans leur rejet des revendications françaises. Vient maintenant de Paris la revanche dans le domaine de la politique climatique, où Macron sait comment amener les anciens alliés des Allemands à ses côtés. Paris et Berlin agissent comme des rivaux dans le conflit du pouvoir dans l’UE et non plus comme des partenaires. “Le moteur franco-allemand ne fonctionne plus”, note Maillard.

Nino Galetti voit les choses différemment: “Cette impression est fausse, la contradiction franco-allemande est surinterprétée”, a-t-il déclaré à la SPIEGEL. Le représentant de la Konrad-Adenauer-Stiftung, affiliée à la CDU à Paris, estime que Merkel et Macron se réuniront bientôt après les élections européennes afin de renforcer le Conseil de l’Europe, qu’ils occupent en tant que chef du gouvernement, lors de l’élection du futur président de la Commission européenne. “C’est un vieux conflit: le Parlement devrait-il donner le ton ou continuer à diriger le gouvernement?”, A déclaré Galetti.

Mais à Paris, beaucoup doutent que les anciennes cliques jouent encore un rôle aussi important. “Le ton se durcit, tout le monde doit l’emporter sur les populistes dans son pays.” Jusqu’à présent, Berlin et Paris ne se sont pas fait mal, cette sécurité menace de disparaître “, a déclaré Moisi. La présence de Macron dans les Invalides semblait le confirmer.

Laisser un commentaire

%d bloggers like this: