Tesla venait de récupérer, mais le constructeur de voitures électriques a annoncé une perte de 702 millions de dollars. Cela ne changera probablement pas si vite.

tesla-model-3-silver-prototype-promo-shot-headlands

L’électricien américain Tesla est revenu dans le rouge après six mois et ses bénéfices dans le rouge. Au cours du trimestre écoulé, il a enregistré une perte de plus de 702 millions de dollars, a déclaré Tesla après la fermeture du marché américain. Au même trimestre de l’année dernière, Tesla avait perdu 709,5 millions de dollars.

Aussi pour le trimestre en cours devrait être prévu avec un moins, la société a déclaré. Il a du mal à livrer les voitures aux clients et a présenté une version moins chère de son modèle 3.

Cependant, Tesla a réitéré son objectif de fournir entre 360 ​​000 et 400 000 véhicules à ses clients pour toute l’année. La production pourrait également être portée à 500 000 unités si la soi-disant Gigafabrik de Shanghai atteint sa capacité maximale au quatrième trimestre.

Par exemple, l’entreprise déficitaire veut revenir à la rentabilité au second semestre. “Si des livraisons plus élevées et des réductions de coûts sont pleinement réalisées, nous nous attendons à un retour aux résultats du troisième trimestre”, a déclaré le directeur général de Tesla, Elon Musk, dans une lettre.

Toutefois, les livraisons des anciens modèles S et X ont été réduites de moitié pour atteindre 12 100 véhicules. Tesla a notamment expliqué que certains clients avaient préféré leurs achats au trimestre précédent afin de bénéficier d’avantages plus élevés pour la voiture électrique aux États-Unis.

Les ventes de Tesla sont passées de 3,4 milliards de dollars à 4,54 milliards de dollars en un an. Les actions de la société se sont d’abord plongées dans la zone de perte sur présentation des chiffres, puis se sont échangées autour de 1% dans le plus. Jusqu’à présent cette année, le papier a perdu 20% de sa valeur.

Elon Musk et la Securities and Exchange Commission s’accordent sur le code Twitter

Des messages courts provocants ont échangé des problèmes avec le chef Tesk Musk avec la US Securities and Exchange Commission. Maintenant, les deux parties ont convenu des tweets pour lesquels il doit être approuvé par son avocat.

Le fait que des tweets courts puissent avoir un effet durable ne s’applique pas uniquement au président américain Donald Trump. Elon Musk est également connu pour certaines annonces audacieuses et capitales sur Twitter. Après des mois de différend autour d’une telle déclaration, le patron de Tesla a maintenant convenu avec la SEC de la Securities and Exchange Commission.

Le compromis régit les conditions dans lesquelles Musk pourrait tweeter à l’avenir. Cela ressort d’une requête déposée devant le tribunal compétent à New York. La juge Alison Nathan n’a pas encore approuvé l’accord.

Il a été convenu que Musk ne pourrait plus distribuer librement des informations écrites qui pourraient influencer le cours de l’action de Tesla. Cela concerne, par exemple, les déclarations sur les finances, les objectifs de production, les acquisitions et les fusions – en bref: à peu près tous les sujets qui sont importants du point de vue des courtiers en valeurs mobilières. Toute communication à cet égard devrait être préalablement approuvée par un avocat expérimenté dans le domaine des valeurs mobilières.

La liberté d’expression en danger?

La dispute tourne autour d’une comparaison de l’année précédente, la communication de Musks sur Twitter avait déjà été conditionnée, contre laquelle il avait ensuite violé, selon SEC mais à l’époque. Les gardes ont donc demandé une peine pour outrage au tribunal. Plus précisément, il s’agit d’un tweet de la mi-février, dans lequel Musk a écrit que Tesla 2019 produirait environ 500 000 voitures électriques. Cependant, les prévisions officielles de Tesla étaient différentes. Musk gronda néanmoins, il vit sa liberté de parole en danger.

Après une audience, il s’est toutefois dit “heureux”, “impressionné par l’analyse du juge” et “a un grand respect pour le système judiciaire”. Le juge responsable a exigé un accord entre les deux parties.

Musk avait été précédemment irrité par des déclarations au sujet d’un repli du marché boursier Tesla, à la suite de quoi la SEC l’a poursuivi en justice pour manipulation du marché. La supervision voulait d’abord que Musk interdise le PDG. Puis ils se sont mis d’accord sur le compromis auquel le chef de Tesla, de l’avis de la SEC, n’a toutefois pas tenu.