Interdire les rappeurs est une mauvaise idée, et l’État devrait combattre la culture de la drogue plutôt que celle des jeunes, a déclaré Vladimir Poutine, évoquant le scandale de certains concerts de rap russes, annulés pour leurs liens avec les narcotiques et la violence.

russian-drugs

Le président russe a mis en garde samedi contre les tentatives d’interdire et de poursuivre en justice les rappeurs, qualifiant ces mesures de “mesures les moins efficaces, les pires qui soient.”

“Leur effet serait opposé à celui souhaité”, a déclaré Poutine.

Poutine a tenu ces propos lors d’une réunion du conseil présidentiel sur la culture à Saint-Pétersbourg, où la culture du rap, qui a récemment été un sujet brûlant en Russie, était l’un des sujets abordés. Au cours des derniers mois, les autorités russes ont annulé plusieurs concerts mettant en vedette ce genre à la dernière minute, le justifiant par la promotion par les artistes de la drogue, d’un langage obscène et des insinuations sur un besoin de violence.

Mais le débat ne s’est pas arrêté là. Igor Matvienko, l’un des membres du conseil, a déclaré que la culture du rap – extrêmement populaire parmi les jeunes russes – repose sur «le sexe, la drogue et la protestation générale contre tout», a déclaré l’un des membres du conseil, Igor Matvienko. Producteur et compositeur, il est à l’origine de nombreux groupes de musique pop russes, dont certains sont actifs depuis le début des années 1990.

A cela, Poutine a répondu: “Les drogues suscitent le plus d’inquiétudes, naturellement, car c’est le moyen le plus sûr de faire régresser le pays”.